menu 2

Mes dernières chroniques

Requiem pour Sascha Tome 1 : Lacrimosa de Alice Scarling


http://issuu.com/bragelonne/docs/1405-sascha1/1?e=0/7946239



 


Sous ses apparences de jeune femme bien dans sa peau, Sascha dissimule de lourds secrets.














Découvrez les premières pages en cliquant sur la couverture.

Le résumé :
Sous ses apparences de jeune femme bien dans sa peau, Sascha dissimule de lourds secrets. Orpheline, elle ignore tout de ses origines et surtout d'où lui vient son pouvoir étrange : elle peut posséder les gens d'un simple contact, qui lui suffit à échanger de corps. Elle s'en sert pour voler et traquer les vampires qui ont massacré sa famille adoptive. Jusqu'au jour où elle rencontre Raphaël. Immunisé à son pouvoir (et à ses charmes), le mystérieux jeune homme va lui donner les moyens de sa vengeance... au risque de la conduire à sa perte. 


 
L'avis :
Mon avis est mitigé.

Le personnage principal ne m'a pas plu. J'ai l'impression qu'en matière de romance Bit-lit écrit à la première personne, on a toujours droit au même personnage.

De plus je trouve que le style de l'auteure ne m'a pas touché voir même énervé. Toutes les phrases commencent par « je »...c'est beaucoup et c'est trop répétitif.

L'héroïne tombe amoureux de Raphaël qui n'est autre – vous l'aurez compris au prénom- un ange déchu. Quand je vous dis que le livre a un goût de déjà vu.

Cela c'est ce que je me suis dit la première partie du livre car la deuxième est largement meilleure et la fin m'a même emballé. Le rythme s'accélère et l'héroïne est moins centré sur son introspection au profit de l'action.

J'ai vraiment envie de connaître le sort de ce couple maudit...

Donc voilà : avis mitigé. Certaines choses m'ont déplu, d'autres m'ont emballé... affaire à suivre !

L'extrait :
— Raphaël, Raphaël…, commence Lazarus. Tu es une putain d’épine dans mon pied, mon ange.

Mon ange ? Ce type est fou. Enfin, ça je le savais déjà, mais là c’est une facette de sa folie que je n’aurais jamais imaginée. Depuis quand des ennemis mortels se donnent-ils de petits surnoms affectueux ?

Raphaël lui lance un sourire carnassier.

— Je remplis ma mission. Ravi de voir que ça marche.

Il ne relève pas le « mon ange ».

— C’est votre problème à vous, ça. Les forces divines. Boulot, boulot, boulot ! Mission ! Vous ne savez pas vous amuser !

Lazarus se balade dans la pièce, fait des allers-retours entre l’établi à fouets et Raphaël. C’est, semble-t-il, un nerveux.

Il s’arrête devant l’établi, y jette un coup d’œil dédaigneux, saisit un fouet, le rejette sur la table.

— Sincèrement, quand tu t’es installé en ville, je pensais qu’on allait pouvoir s’entendre. Toi, le déchu, moi, le vampire… Je pensais qu’on partageait une vision commune.

Il revient vers Raphaël et lui saisit la mâchoire pour l’obliger à baisser la tête et à le regarder dans les yeux.

Je frémis de terreur. S’il lui arrache le cœur, là, maintenant, tout sera fini.

— Certainement pas, crache Raphaël.

Sa voix rocailleuse me semble plus grave que d’habitude, si c’est possible.

— Nous n’avons rien en commun, vampire.

Lazarus fait claquer sa langue.

— Tss, à présent si ! dit-il en se tournant théâtralement vers moi. Ta jolie amie, ici présente… Je croyais que les anges n’avaient pas le droit à l’amour.

Lentement les paroles de Lazarus commencent à prendre tout leur sens dans mon cerveau engourdi par la terreur.

Raphaël est un ange ? Un ange déchu ?

Bizarrement, ça ne me semble pas bizarre. Les ailes fantômes, les cicatrices, les secrets… J’aurais pu me douter de quelque chose. Enfin non, je n’aurais pas pu. Je pensais que les anges n’existaient pas. Mais maintenant qu’il le dit. Ouais, c’est logique.

— Laisse-la en dehors de ça, souffle Raphaël.

La colère est palpable dans sa voix. Ses chaînes cliquettent tandis que Lazarus s’approche de moi.

— J’ai vu juste, n’est-ce pas ? dit-il avec un coup d’œil en arrière à l’intention de Raphaël. Dis-moi ma jolie, comment as-tu fait pour capturer le cœur de notre si sérieux Raphaël ? L’ange sans faille. L’irréprochable serviteur de Dieu… J’oubliais. Tu ne dois pas être si irréprochable que ça pour qu’ils t’aient arraché les ailes.

Lazarus passe le pouce sur ma joue.

J’entends Raphaël se débattre dans ses entraves.

— Pour la dernière fois, Lazarus, laisse-la en dehors de ça !

Le vampire reste sourd à ses suppliques. Il semble fasciné par mon visage, il continue de me caresser du bout des doigts.

Je pourrais essayer de le posséder, là, maintenant. Mais je suis terrifiée à l’idée de me planter. Et si mon pouvoir ne marchait pas et que je tombais dans les pommes comme la première fois avec Raphaël ?

Mieux vaut faire confiance à Raphaël. Il a un plan. J’en suis certaine. Il m’a fait un clin d’œil ! Il a un plan.

— Si belle, si belle, murmure-t-il. Quel dommage…

— Lazarus ! crie Raphaël.

— J’ai un marché à te proposer, finit par dire le vampire en se détournant de moi. Tu acceptes de t’allier à moi et je vous laisse, toi et ta copine, libres de vivre votre petite histoire d’amour interdite. Ce sera notre petit secret.

— Tu sais bien que c’est impossible, dit Raphaël.

Je me demande pourquoi il ne ment pas pour nous sortir de là. Il pourrait bien promettre la lune à Lazarus le temps qu’on soit détachés et armés…

— Eh oui, je sais, soupire celui-ci. C’est bien dommage.

Il fait signe à l’un de ses sbires et celui-ci s’avance vers moi, tous crocs dehors.