menu 2

Mes dernières chroniques

Minuit, Tome 4 : Le Tombeau de Minuit - Lara Adrian



Et tandis que Dylan caressait le dos puissant de Rio, elle eut envie de pleurer sous l'effet du plaisir si profond qu'elle venait de ressentir avec lui... et de la voix dans sa tête qui l'avertissait qu'elle serait folle de tomber amoureuse de lui.
Une étape - il fallait pourtant bien qu'elle l'admette - qu'elle avait déjà franchie.









Le résumé :
  • Après le désastre de ma relation avec Eva, je n'étais pas prêt à m'ouvrir à une autre femme. Mais toi, Dylan... (Il attrapa une mèche de ses cheveux et suivit des yeux le reflet d'or roux qui la parcourait comme il l'entourait sur son doigt.) Toi, tu es le feu même. Je te touche et je m'enflamme. Je t'embrasse et je brûle de t'embrasser encore. Tu me consumes comme aucune autre femme avant toi et, j'en suis certain, comme aucune ne le pourra jamais plus.

    Elle se redressa, prit son visage dans ses mains et l'embrassa. Lorsqu'elle s'écarta, elle ne put s'empêcher de lui déclarer combien il comptait pour elle.

    - Je t'aime, Rio. Cela me fait terriblement peur de le dire à haute voix, mais c'est vrai. Je t'aime.
    - ¡ Dios ! soupira-t-il. Dylan... J'ai commencé à tomber amoureux de toi dès le début. Mais comment tu peux m'aimer tel que je suis aujourd'hui, ça, je ne comprends pas...
    - Tel que tu es aujourd'hui, dit Dylan en secouant la tête, tel que tu me regardes, tel que tu me touches, comment pourrais-je ne pas t'aimer ? Toi, Rio, tel que tu es aujourd'hui.
L'extrait :
Il avait encore rêver d'Eva.
Comme s'il n'avait pas suffi qu'elle le trahisse de son vivant, il fallait encore que, morte, elle vienne envahir son esprit pendant son sommeil. Toujours belle, toujours traîtresse, elle lui parlait de ses remords et de sa volonté de se racheter.
Des mensonges, rien que des mensonges.
Mais les visites du fantôme d'Eva n'étaient qu'un des aspects de la lente glissade de Rio vers la folie.
dans ses rêves, sa compagne défunte pleurait, le suppliant de lui pardonner sa duplicité passée. Elle était désolée. elle l'aimait encore et l'aimerait toujours.
Elle n'était pas réelle. C'était juste un spectre moqueur venu lui rappeler un passé qu'il aurait bien voulu laisser derrière lui.
La confiance qu'il avait accordée à cette femelle lui avait couté cher. Un an auparavant, une explosion lui avait ravagé le visage. Et son corps meurtri en était encore à récupérer de blessures qui auraient été fatales à n'importe quel mortel.
Quand à son esprit...
La santé mental de Rio s'était délitée, d'abord petit à petit, puis plus vite quand il se fut retroué seul dans cette grotte.
Il pouvait en finir. En temps que membre de la Lignée - une espèce hybride d'humains porteurs de gènes vampiriques extraterrestre -, il lui suffirait de se traîner dehors et de laisser les rayons du soleil le consumer. Il avait pensé à la faire, mais il lui restait une tâche à accomplir : sceller l'endroit et détruire les preuves accablantes qu'il contenait.
Il ne savait pas depuis quand il était là. Les jours et les nuits, les semaines et les mois avaient tout fini par se confondre en une sorte d'éternité suspendue. Il n'était plus très sûr de la manière dont cela s'était produit. Il était venu là avec ses compagnons de l'Ordre. Les guerriers en mission devaient puis détruire un mal ancien emprisonné dans les rochers des siècles auparanvant.
Mais ils étaient arrivée trop tard.
Le tombeau était vide; le mal avait déjà été libéré.
l'occasion .
Sa voix était douce comme le velours , mais l’éclat de ses yeux viraient au glacial .D'un coup, les oreilles de niko furent envahies par un son d'une fréquence augmentait encore, et bientôt il sentit ses jambes lâcher sous lui .Il tomba a genoux , la vue brouillée, la tête comme sur le point d'exploser .Il distingua vaguement un bruit de bottes qui venaient vers lui.
C’était un piége .
La salope l'avait conduit là délibérément , sachant pertinemment qu'il allait la suivre .
-Sa suffit , Renata , dit alors l'un des males de la lignée qui venaient d'entrer dans le bâtiment. Tu peux le relâcher maintenant. Suite a cet ordre , la douleur que ressentait Nickolai s'affaiblit .Il leva les yeux vers le beau visage de son assaillante tourne vers lui .
-Enlevez-lui ses armes , dit-elle a ses compagnons .Il faut l'emmener avant qu'il recouvre ses forces .Niko kacha un jurons bien sentis a son intention, mais sa voix s’étrangla dans sa gorge et elle s’éloignait deja; ses talons claquant sur la dalle de béton froid.