menu 2

gfMes dernières chroniques

mardi 16 septembre 2014

Charley Davidson, Tome 3 : Troisième tombe tout droit - Darynda Jones





  Moi c’est Café… 
euh, Charley.














Vous savez, ces mauvaises choses 
qui arrivent aux gens bien ? 
 C’est moi.


Moi c’est Café… euh, Charley. Et il me faut plus de café. Le sommeil c’est l’angoisse : Reyes, le fils du Diable chaud comme l’enfer que j’ai emprisonné pour l’éternité, hante mes cauchemars. Je crois qu’il me hait. Mais est-ce que les criminels accepteraient de me laisser tranquille le temps que je règle ça ? Bien sûr que non. Un type veut que j’enquête sur sa femme disparue… sauf que je suis sûre que c’est lui qui a fait le coup. Si j’arrive à m’injecter le café en intraveineuse, je devrais pouvoir le prouver. Sauf si mon grincheux de père revient à la charge pour me faire changer de métier parce que détective privée c’est trop dangereux.

Bon d’accord, je manque de me faire tuer une fois par semaine, mais c’est pas une raison. 
Je suis super comme détective…
et comme Faucheuse !

Café ?


Tout simplement génial !


L'intrigue ici s'emballe. Reyes et Farrow ont une vrai « relation ».

Tout est exacerbé. Charley est attirée par son beau ténébreux autant qu'elle le craint. Rien de nouveau sous le soleil, vous me direz, oui...mais ici on atteint un zénith qu'on ne connaissait auparavant. 
Et quel zénith !

Reyes ne prête plus uniquement main forte à Charley mais il décide de prouver son innocence. Il s'y prend bien mal comme en témoigne la fin du livre.



Bonne mise en appétit.
A dévorer sans modération !



Reyes Alexander Farrow, le fils de Satan à moitié humain et à moitié top-modèle, apparut derrière moi, ses puissantes épaules luisant tandis que de la vapeur s'élevait autour de lui, donnant l'impression qu'il venait juste de sortir de l'enfer. Ce n'était pas le cas, évidemment. Il s'en était échappé des siècles plus tôt et il était furieux contre moi, à l'heure actuelle, pour avoir lié son corps éthéré à son corps physique. Mais cela n'atténuait pas du tout l'effet de son arrivée.

Je plissai les yeux pour le voir plus clairement.

Qu'est-ce que tu fais ici ?

Il baissa la tête, et ses yeux noirs me transpercèrent d'un regard furieux. Quel crétin ! C'était M A salle de bains !

Mais je l'avais emprisonné en liant son corps éthéré à son corps physique. Il n'était pas censé être là. Comment était-ce possible ?

Tu m'as invoqué, répondit-il d'une voix grave teintée d'animosité.

C'est impossible, répondis-je en secouant la tête.

Il passa un bras par-dessus mon épaule et appuya la main contre le mur devant moi. Pour se rendre plus imposant. Pour mieux me dominer, me faire savoir que j'étais prise au piège. Il pressa son corps mince contre mes fesses et appuya son autre main sur le mur à ma droite, m'emprisonnant complètement.

Son regard dur captura le mien.

Pourquoi est-ce impossible ? Parce que tu m'as enchaîné comme un chien à sa niche ?

Oh, ouais, il était furax.

Tu ne m'as pas laissé le choix, lui rappelai-je d'une voix tremblante, beaucoup moins assurée que je l'aurais voulue.

Il baissa la tête jusqu'à ce que sa bouche soit près de mon oreille.

Toi non plus, tu ne me laisses pas le choix.

Ses traits se durcirent. Son regard s'étrécit tandis qu'il me contemplait dans le miroir. Sous ses cils épais, ses yeux étaient voilés par la passion.

J'étais incapable de détourner la tête. Il était si beau, si mâle. Quand il m'entoura de son bras et glissa la main dans mon bas de pyjama, j'attrapai son poignet.

Attends, dis-je, haletante. Je ne comprends toujours pas comment tu peux être ici.

Je te l'ai dit, tu m'as invoqué.

Malgré tous mes efforts, ses doigts se faufilèrent entre mes jambes. Je laissai échapper une exclamation lorsqu'ils s'enfoncèrent en moi.

Tu m'as toujours invoqué. Tu as le pouvoir de m'appeler quand tu veux ou quand tu as besoin de moi, Dutch. Tu n'as pas encore compris ça ?

Je luttai contre les sensations délicieuses qui montaient dans mon abdomen à chacune de ses caresses. Je luttai pout comprendre la signification de ces mots qu'il me soufflait à l'oreille.

Non, tu es toujours venu à moi quand j'avais besoin de toi, quand j'étais en danger.

C'était vrai. En grandissant, il était venu à chaque fois que ma vie avait été menacée.

Son souffle me balaya la joue. Sa chaleur me brûla tandis que sa bouche cherchait mon pouls sur ma gorge.

Non, c'est toujours venu de toi.

Il se trompait. C'était obligé. L'idée que je puisse l'invoquer, que je l'avais toujours fait, était impensable. Un mois plus tôt, je ne savais même pas qui il était et j'avais même peur de lui, cet être ténébreux fait d'ombre et de fumée. Me retrouver en sa présence était la dernière chose dont j'avais eu envie, alors comment aurais-je pu l'invoquer? Ce qu'il suggérait était impossible.

Mais puisque je suis là...

Sans terminer sa phrase, il me coinça contre lui et, d'un seul geste, fit descendre mon bas de pyjama et ma culotte. Puis, l'ombre d'un sourire au coin de sa magnifique bouche, il m'écarta les jambes et me pénétra d'un seul coup de rein. Je laissai échapper une exclamation. Le tourbillon qui s'était formé à peine quelques minutes plus tôt se transforma aussitôt en ouragan. D'une main, j'agrippai son poignet sur ma gorge et, de l'autre, je m'accrochai à ses fesses musclées pour l'enfoncer plus profondément en moi, en le griffant pour atteindre la délivrance.

J'ouvris les yeux et je le regardai dans le miroir, épiant ses réactions. Ses lèvres légèrement entrouvertes. Ses sourcils froncés. Le tombé de ses cils.

Dutch, me dit-il de sa voix grave et douce, comme s'il était impuissant face à ce qu'il s'apprêtait à faire.

Au bord de l'orgasme, il serra les dents, souleva l'une de mes jambes contre le meuble du lavabo et s'enfonça en moi, encore et encore, presque violemment, me cajolant avec chaque coup de rein, chaque poussée puissante.

Le courant à l'intérieur de moi devint plus fort. L'érection de Reyes comblait un besoin si profond, si viscéral, qu'il dévorait chaque centimètre de mon être. Le désir à l'état brut qui restait en retrait au loin se précipita pour s'accumuler entre mes jambes. Il enfla comme une vague, en m'aspirant et en m'attirant plus près encore du bord.

J'enfonçai mes ongles dans le poignet de Reyes en me rappelant brusquement qu'il ne voulait pas être là, avec moi. Pas après ce que j'avais fait.

Reyes, attends.

Je sentis la jouissance au moment où elle s'emparait de lui, faisant trembler et convulser son corps. Aussitôt, une explosion me traversa, envoyant une vague de plaisir intense à l'assaut de mes os et de mes veines. L'extase bouillante me brûla la chair.



L'extrait :
Le siphon émit des gargouillis tandis que l'eau clapotait à mes pieds. Je sentis quelque chose de solide à cet endroit et baissai lentement la serviette. Une chaleur caractéristique s'éleva telle de la vapeur autour de mes jambes, et Reyes se matérialisa devant moi, ses épaules puissantes ruisselant d'eau. Il referma sa main sur ma gorge et m'appuya contre le froid carrelage mural, complètement à l'opposé de la température brûlante qui émanait de son corps. Son visage paraissait dur et implacable.

Mais, avant que je puisse dire quoi que ce soit, le désir, familier, s'empara de moi. Je m'armai de courage pour lutter, mais c'était comme vouloir endiguer un tsunami avec une fourchette en plastique. Reyes se rapprocha de moi et riva son regard sur le mien. Ses yeux marron foncé semblaient presque inquisiteurs sous ses cils.

Je le sentis écarter mes jambes avec son genou.

Qu'est-ce que tu fais ? protestai-je en hoquetant de stupeur lorsque sa chaleur pénétra jusqu'au plus profond de mon être.

Sans répondre, il me prit la serviette des mains et la jeta de côté.

Reyes, attends. Tu n'as pas envie d'être là. (Je posai mes mains à plat sur son torse.) Tu ne veux pas faire ça.

Il se pencha jusqu'à ce que ses lèvres pleines soient pratiquement sur les miennes.

Pas plus que toi, répondit-il en me mettant au défi d'argumenter.

Son souffle était comme une caresse de velours sur ma bouche. Il sentait l'orage, la terre, l'ozone et l'électricité. Il leva une main pour emprisonner mon menton et glissa l'autre entre mes jambes. Mon estomac bondit à ce contact. Le centre de mon être était si sensible à ses caresses que je faillis jouir instantanément.

On frappa à la porte de la salle de bains. Je me tournai dans cette direction en fronçant les sourcils.

Pas encore, me dit-il d'un ton menaçant en plongeant ses doigts en moi pour me ramener à lui.

Je laissai échapper une exclamation de stupeur et lui agrippai le poignet pour le repousser. Au lieu de quoi, j'enfonçai ses doigts plus profondément encore et le griffai en le suppliant d'aller jusqu'au bout.

Il pressa son corps d'acier contre le mien et se pencha jusqu'à m'effleurer l'oreille de sa bouche.

Reste avec moi, me dit-il d'une voix profonde, riche et suave.

Il me libéra le menton, prit l'une de mes mains et la fit descendre le long de son abdomen musclé.

On frappa de nouveau, et je me sentis arrachée à lui.

Dutch, me dit-il au moment où ma main se refermait sur son érection.

Mais de l'eau jaillit autour de nous comme une inondation, jusqu'à ce que je me retrouve littéralement en train d'étouffer.

En me rappelant brusquement où j'étais, je me redressai d'un bond et projetai l'eau du bain par-dessus le rebord de la baignoire.

J'entendis une voix m'appeler.

-—Tout va bien ?

C'était Amber.

Qu'est-ce qu'il y a, chérie ? demandai-je en essuyant l'eau sur mon visage. Je ne t'ai pas entendue.

Je rentre à la maison. Mon portable n'a plus de batterie et je dois rappeler Samantha. Son petit copain l'a plaquée. Apparemment c'est la fin du monde.

J'avais du mal à reprendre mon souffle.

D'accord, ma chérie. On se voit demain, dis-je d'une voix trop voilée.

D'ac.

Je m'obligeai à me calmer et à desserrer les poings pour lâcher la serviette trempée que j'avais fait tomber dans la baignoire à un moment donné. Puis je me redressai tout doucement et posai le menton sur mes genoux en attendant que la tempête qui me faisait trembler s'apaise.

Ça devenait ridicule. Si je l'avais entravé, comment pouvait-il continuer à envahir mes rêves ? Ça rimait à quoi, tout ce bordel ? Sans parler du fait que je m'étais endormie dans mon bain. J'aurais pu me noyer.

Satané fils de Satan.


L'extrait :
Dès qu'il fut rentré dans la supérette, je me tournai vers Reyes. Consciente de sa douleur à présent, je la sentais l'assaillir sous forme de vagues brûlantes. Je luttai de nouveau contre l'empathie qui menaçait de vaincre mon humeur globalement massacrante.

Que s'est’il passé ? demandai-je en désignant le sang.

Toi.

Moi ? répétai-je, surprise.

Reyes baissa son arme et se renfonça un peu plus dans le siège passager.

Tu t'es endormie.

Oh merde, c'était vrai.

Mais quel est le rapport avec... ?

Apparemment, à chaque fois que tu t'endors, tu m'attires vers toi.

Alors, c'est ma faute ? C'est moi qui fais ça ?

Il posa sur moi ses yeux voilés par la douleur.

Je suis entravé. Je ne peux plus venir à toi maintenant si tu ne m'invoques pas.

Mais je ne le fais pas exprès. (Je me sentais très gênée, tout à coup.) Attends, quel rapport avec ta blessure ?

Quand tu m'invoques, c'est comme avant. Je plonge dans un état cataleptique.

Oh.

Un conseil. Évite les crises de catalepsie quand tu essaies d'échapper aux mâchoires d'un camion-poubelle.

Oh. Oh ! Oh, mon Dieu. Je suis tellement... Attends un peu, pourquoi est-ce que je te fais des excuses, là ? Tu t'es échappé. D'une prison de haute sécurité. Dans un camion poubelle ?

Je te l'ai dit. Ils refusaient de me laisser sortir.

Il posa la tête contre l'appuie-tête et ferma les yeux. La douleur qui parcourait tout son corps l'épuisait.

Allons-nous-en.

Pourquoi tu ne te contentes pas de prendre ma Jeep ? lui demandai-je au bout d'un long moment.

Un sourire malicieux apparut sur son visage.

C'est ce que je fais.

Sans moi à l'intérieur.

Pour que tu coures tout raconter au caissier ? Je ne crois pas, non.

Je ne dirai rien à personne, Reyes. Je le jure. Pas âme qui vive.

Il rouvrit les yeux en soupirant et me regarda. Il était si beau. Si vulnérable.

Tu sais ce que j'aurais fait si ce type avait compris ce qui se passait ?

Je baissai la tête sans répondre. Peut-être pas si vulnérable que ça, finalement.

Je ne veux blesser personne, ajouta-t-il.

Mais tu le feras, si c'est nécessaire.

Exactement.

Je tournai la clé de contact et m'engageai sut l'autoroute.

Où on va ?

A Albuquerque.

Cette réponse m'étonna. J'aurais misé sur le Mexique. Ou l'Islande.

Qu'est-ce qu'il y a, à Albuquerque ?

Mon salut, répondit-il en refermant les yeux.


L'extrait :
Sainte merde, Charley, murmura-t-elle d'une voix tremblante, c'était Reyes Farrow.

Je sais. Je suis désolée, il s'est pointé à l'improviste.

Je crois que je viens d'avoir un orgasme. Je ne pus m'empêcher de glousser.

Tu l'as juste regardé !

Justement. Tu as vu ses épaules ? me demanda-t’elle.

Oui, pouffai-je. Ne t'inquiète pas, tu vas récupérer l'usage de tes jambes dans un instant.

Et ses avant-bras ! Pour l'amour du ciel, qui aurait cru que des avant-bras puissent être aussi sexy ?

Ça arrive aux meilleures d'entre nous.

C'est juste qu'il est tellement...

Je sais.

Et tellement...

Ça aussi, je le sais. C'est peut-être à cause de cette histoire de « fils de Satan ».

Ouais, peut-être.

Je l'aidais à s'asseoir sur son canapé. Amber revint en courant.

Je peux le prendre en photo avec mon téléphone avant de partir à l'école?





L'extrait :
Walker se pencha sur moi et tapota la coupure sur ma cuisse. Puis il me regarda droit dans les yeux. J'avais du mal à focaliser ma vision, mais il fronçait les sourcils d'un air inquisiteur.

Reyes, dit-il, ce qui me fit revenir à lui en clignant des yeux. Tu es comme lui. Tu guéris comme lui. (Il appuya le scalpel sur ma joue, prêt pour sa prochaine entaille.) Qu'est-ce que vous êtes ?

Il n'attendit pas longtemps la réponse. Très vite, du sang ruissela dans ma bouche et à l'intérieur de ma gorge. J'essayai de le recracher, mais pour cela, il aurait fallu que je desserre les dents, un risque que je n'étais pas prête à courir.

Je me demande ce qui arriverait, dit-il en détachant de force ma main de la chaise, si je prenais un doigt.

Juste au moment où il commençait à joindre le geste à la parole - la piqûre vive du métal tranchant la chair devint insupportable lorsqu'elle atteignit l'os -, on entendit tous les deux quelqu'un gravir l'escalier en courant.

Enfin ! s'exclama le monstre. (Il se tourna vers moi en souriant.) C'est notre petit détenu en cavale, tu ne crois pas ?

Un demi-battement de cœur plus tard, la porte s'ouvrit à la volée, et la silhouette d'un grand type costaud apparut dans l'encadrement de la porte.

Reyes. Non.

Avant que j'aie eu le temps de dire ou de penser quoi que ce soit, le coup de feu partit. Walker n'attendait que ça, il savait que Reyes allait venir. Je fermai les yeux et stoppai la rotation de la Terre sur son axe.

Quand je les rouvris, la balle était suspendue dans les airs entre Walker et Reyes et poursuivait son chemin au ralenti. Je luttai de toutes mes forces pour conserver mon emprise sur le temps, mais celui-ci me glissait entre les doigts comme de la fumée dans une brise estivale.

Je ne pouvais que regarder le projectile avancer tandis que sa cible n'était pas encore consciente du danger. Les mots me vinrent alors en un éclair.

Rey'aziel, dis-je en forçant mes dents à s'écarter. Te libero.

En un instant, Reyes se matérialisa à côté de moi tandis que le temps fracassait ma barrière avec une férocité vengeresse. J'entendis un autre coup de feu une microseconde avant d'entendre le chuintement métallique de l'épée de Reyes.

Sa robe noire, qui ondoyait comme la vague d'un océan, engloutit la moitié de la pièce tandis qu'il abattait sa lame avec la grâce d'un golfeur pro.

Walker se figea et écarquilla les yeux, incrédule. Il baissa la tête en se demandant ce qui n'allait pas, vu que Reyes tranchait toujours à l'intérieur. Il n'y avait aucun trauma externe, aucune blessure horrible comme une plaie béante ou du sang qui jaillissait partout. Il ne comprenait sans doute pas pourquoi il souffrait tellement et ne pouvait plus bouger. J'aurais aimé qu'il puisse voir Reyes, l'imposante présence de sa robe et ce qui se cachait en dessous. Puisqu'il en était incapable, Walker ne comprit pas qui le souleva pour le balancer à l'autre bout de la pièce. Les murs tremblèrent lors de l'impact. Je me rendis compte alors que je ne voyais plus le corps physique de Reyes. J'espérais seulement que les balles avaient atteint des zones moins stratégiques que ne l'avait fait son épée. Il fallait plus que deux pruneaux pour abattre Reyes.

Puis, il se tourna vers moi et baissa son capuchon, dévoilant le plus beau visage que j'avais jamais vu. Il s'agenouilla et prit le mien dans ses mains.

Dutch, je suis tellement désolé.

Désolé ? essayai-je de répéter.

Mais ma bouche et ma gorge étaient trop pleines de sang pour laisser passer des mots. Je sombrai alors dans l'oubli et je m'endormis, enfin.


L'extrait :
L'inquiétude jaillit en moi. Je n'avais jamais eu peur de quelqu'un de toute ma vie, enfin, à part Reyes, mais j'eus un véritable mouvement de recul en entendant le nom de Walker. À cause de cela, j'eus l'impression qu'il m'avait dérobé quelque chose de précieux. Une espèce d'innocence, ou peut-être d'arrogance. L'un ou l'autre.

Il ne peut plus aller nulle part et il ne fera plus jamais de mal à personne, me dit Reyes.

J'étais certaine qu'il avait raison mais, bizarrement, ça ne m'aidait pas beaucoup. Il se rapprocha de moi et fit courir le bout de ses doigts sur mon bras qui guérissait. Je bougeais déjà légèrement les doigts.

Je suis tellement désolé.

Reyes...

Je ne savais pas qu'il irait aussi loin quand il déciderait de s'en prendre à toi.

J'eus l'impression de me prendre un mur, tout à coup. Mentalement, je reculai d'un pas. C'était bizarre de me dire ça.

Comment ça ?

Je savais qu'il tenterait quelque chose, expliqua-t-il en fermant les yeux d'un air de regret. Mais pas ça. J'ignorais... Et comme j'étais entravé...

Comment ça « quand il déciderait de s'en prendre à moi » ?

Reyes baissa la tête. Brusquement, je compris, et j'eus l'impression de recevoir un coup de batte de base-ball à l'arrière du crâne.

Oh, mon Dieu, ce que je peux être bête, parfois. J'arrive à me surprendre moi-même.

Dutch, si j'avais su...

Tu m'as tendu un piège.

Toujours tête baissée, il s'écarta de moi.

J'ai servi d'appât. Vraiment, est’il possible d'être stupide à ce point-là ?

J'essayai de m’asseoir, mais la douleur envahit mon bras. Et ma cage thoracique. Et ma jambe. Et mon visage aussi, bizarrement. C'était trop tôt, même pour moi.

Je ne savais pas où il était ni où le trouver. Tu m'avais entravé, tu te souviens ? Mais je savais qu'en faisant assez de bruit, il arriverait en courant. J'avais l'intention d'être présent quand ça se produirait. Je te suivais partout. Et puis, j'ai perdu ta trace.

Reyes, il a menacé Cookie et Amber. Il les aurait tuées.

Dutch...

Ça n'impliquait pas que moi... ou toi, d'ailleurs.

Si j'avais su... si j'avais pensé un seul instant...

Mais tu n'as pas réfléchi. C'est ça, le problème. Il y eut un pic de colère en lui.

Tu m'as entravé, protesta-t-il.

Je t'ai entravé il y a deux semaines, répliquai-je, tout le côté du visage en feu à cause de l'effort. Pourquoi n'es-tu pas parti à sa recherche avant ?

Je ne savais pas. (Il se passa la main dans les cheveux d'un geste plein de frustration.) Comme le reste du monde, je croyais qu'il était mort.

Dans ce cas, comment as-tu découvert la vérité ?

Il parut gêné.

Ça amusait beaucoup les démons de savoir que j'avais passé dix années de ma vie humaine derrière les barreaux pour un crime que je n'avais pas commis. Ils en ont parlé pendant qu'ils me torturaient. Avant ça, je n'en avais aucune idée. Ensuite, tu m'as entravé, et je n'ai pas pu me lancer à sa poursuite.

Alors tu m'as tendu un piège ?

Je nous ai tendu un piège à tous les deux, Dutch. Je n'avais pas l'intention de te lâcher d'une semelle, mais ton petit copain te collait aux fesses partout où tu allais. Si j'étais resté avec toi, j'aurais été arrêté.

L'ironie de la situation ne m'échappait pas. D'abord mon père, et à présent Reyes. Quand retiendrais-je la leçon ? Que fallait-il donc pour que je voie enfin la vraie nature d'un homme ?

Moi, la seule personne sur Terre capable de voir à l'intérieur de l'âme des hommes ! Moi qui sentais leurs peurs les plus profondes et qui voyais la couleur de leur valeur !

J'ai juste une dernière question.

OK.

Pourquoi tu ne me l'as pas dit, tout simplement? Franchement, tu ne vaux pas mieux que mon père. Qu'est-ce que vous avez, vous les hommes, à ne pas savoir être francs et dire la vérité, putain ?

Il pinça les lèvres avant de répondre.

Je ne te faisais pas confiance.

Quoi ?

Tu m'as entravé, Dutch. En plus, honnêtement, si tu avais la moindre idée de ce dont tu es capable, tu pourrais bien mieux te défendre. D'ailleurs, il va falloir que tu t'y mettes. (Il me transperça d'un regard froid.) Cette guêtre ne va pas t'attendre.

Quelle guerre ? demandai-je, horrifiée. La tienne ? Celle que tes anciens potes de l'enfer ont commencée ? (Je secouai la tête dans la mesure du possible.) Je ne veux rien avoir à faire avec ça. J'en ai fini. Avec toi. Avec toutes ces conneries.

Dutch, tu es la seule chose qu'ils veulent. Ils en ont aptes le portail, et c'est toi. Or, ils ont trouvé un moyen de te détecter, de te retrouver. (Il se pencha sur moi, les sourcils froncés en signe de colère ou de douleur, ou des deux.) Il faut vraiment que tu découvres de quoi tu es capable, et il faut que tu le fasses maintenant. Arrête de déconner avec ces humains. Tu dois te concentrer sur ta vraie mission.

Ces humains sont ma vraie mission.

Plus pour très longtemps, répondit-il, environ une demi-seconde avant de regarder en direction de la porte et de disparaître.

  Cliquez sur la couverture 
pour lire les autres chroniques de la série.
http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2013/11/charley-davidson-tome-1-premiere-tombe.html#
http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2013/12/parce-que-jai-peche-le-probleme-avec.html
http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2014/09/charley-davidson-tome-2-deuxieme-tombe.html
http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2014/09/charley-davidson-tome-3-troisieme-tombe.html
http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2014/10/charley-davidson-tome-4-quatrieme-tombe.html
http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2014/10/charley-davidson-tome-5-cinquieme-tombe.html
http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2014/05/charley-davidson-shimmer-de-darynda.html
http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2013/12/charley-davidson-tome-6-sixth-grave-on.html
http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2014/11/charley-davidson-tome-7-seventh-grave.html
http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2015/06/charley-davidson-tome-8-eighth-grave.html
http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2015/09/charley-davidson-tome-85-brighter-than.html
http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2015/07/charley-davidson-tome-9-dirt-on-ninth.html
http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2015/10/charley-davidson-tome-10-curse-of-tenth.html


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires