menu 2

gfMes dernières chroniques

mardi 18 novembre 2014

Face Cachée Tome 1 : Dans la peau de M. Leighton


http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2013/12/face-cachee-tome-1-dans-la-peau-de-m.html






Olivia Townsend est une femme comme les autres, qui se démène à l’université dans l’espoir de pouvoir un jour aider son père dans ses affaires. Pour financer ses études, elle travaille à l’Hynos Club, le bar géré par le très séduisant Cash..










Olivia Townsend est une femme comme les autres, qui se démène à l’université dans l’espoir de pouvoir un jour aider son père dans ses affaires. Pour financer ses études, elle travaille à l’Hynos Club, le bar géré par le très séduisant Cash – le genre de bad boy qu’elle a décidé d’éviter comme la peste. C’est alors qu’elle rencontre le frère jumeau de son patron, Nash, un avocat bien sous tout rapport... accessoirement casé avec sa colocataire. Entre les deux, son cœur balance... 


 
J'avais vraiment hâte de lire ce livre dans l'intrigue m 'avait attiré.
Après avoir refermé ce livre, je peux dire qu'il a tenu ses promesses. On rentre vraiment dans ce triangle amoureux . Chaque chapitre est toujours écrit d'un point de vue d'un des trois personnages.
L'histoire est belle. Les personnages bien campées...mais...il y a un mais qui fait que je n'ai pas adoré.
Les ressors de l'intrigue son trop improbables. Je n'en dirai pas plus car si je les examine, l'intérêt de ce livre diminue grandement. Cependant ça m 'a empêché de vraiment me dire « il était chouette ce livre ». Au contraire, je me suis plutôt dit :
« C'est un peu gros...
de l'ordre du building pour la taille!»



Je sens ma colère m'envahir, mais je sens aussi mon cœur marteler mes côtes comme s'il s'apprêtait à s'échapper de mon corps façon Alien.
Les messages de Cash me reviennent en tête : ses mots, le son de sa voix, les non-dits, les aveux... Je lève une fois de plus les yeux vers le rétroviseur, vers cette lumière qui me suit inlassablement comme une ombre. Implacable. Infatigable.
Lorsque j'arrive à proximité d'une petite aire familière aménagée derrière un bosquet d'arbres sur le bord de la route, je m'y engage et freine brutalement, ce qui me vaut un grand dérapage sur les graviers. D'un geste impulsif et rageur, je coupe phares et moteur et sors de ma voiture en claquant la portière. Une poignée de secondes plus tard, Cash se gare derrière moi et fait taire son bolide à son tour.
J'avance à grandes enjambées rageuses jusqu'à lui et, tandis qu'il descend de sa moto et retire son casque, je me mets à hurler :
— Qu'est-ce que tu me veux, bordel !
Ma colère a enfin réussi à franchir la barrière de mes lèvres. Incapable de garder mon calme, je pose mes deux mains sur son torse puissant et pousse de toutes mes forces. Il bouge à peine.
— Qu'est-ce que tu cherches à faire ?


Lorsque je sens mes larmes monter, je me retourne et repars en hâte vers ma voiture. Alors que j'arrive au niveau de la portière, ses doigts enveloppent mon avant-bras comme autant de bracelets d'acier et m'empêchent d'avancer. Tout à coup, il me retourne vers lui, m'obligeant à lui faire face. Sous la lumière de la lune, je vois ses traits livides, et l'impatience qui zèbre ses yeux sombres.
— Arrête, Olivia ! Arrête ! s'exclame-t-il, excédé.
— Pourquoi ? Qu'est-ce que tu veux me dire de plus ? Tu m'as servi assez de mensonges pour toute une vie !
— Je ne compte plus te mentir ! tonne-t-il. Je ne suis même pas sûr de vouloir encore te parler... Tout ce que je veux, c'est t’entendre dire que tu ne ressens rien pour moi ; que tu veux que je disparaisse de ta vie à jamais. Alors, je partirai. Si c'est vraiment ce que tu veux... je partirai.
Je sais que ma chance est là. Jusque dans mes tripes, je sens qu'il s'exécutera si je le lui demande ; qu'il fera exactement ce qu'il vient de me promettre. Si je lui dis de partir, il disparaîtra pour toujours...
J'ouvre la bouche pour parler, mais n'arrive pas à articuler le moindre mot. J'entends sa respiration haletante, comme s'il attendait que tombe le couperet ; comme s'il attendait que je le bannisse de ma vie.
Et puis, soudain, son expression colérique cède la place à une sorte de supplication silencieuse. Les yeux rivés dans les miens, il murmure...
— Je t'en supplie, ne le fais pas.
Je fouille son regard, sans trop savoir ce que j'aimerais y découvrir.
— Pourquoi ?
— Parce que je ne veux pas que tu disparaisses... J'ai besoin de toi. Pas pour m'aider, pas pour aider mon père... Je m'en fous de tout ça, maintenant. Je me fous de ton aide. Tout ce que je veux, Olivia, c'est toi.
Mon cœur tambourine comme jamais dans ma poitrine. Je n'entends plus rien, ne ressens plus rien : je vois Cash devant moi, et rien d'autre. Lorsqu'il murmure de nouveau, je lis presque sur ses lèvres...
— Toi et rien d'autre...
Avant que ma raison ait le temps de m'en dissuader, avant que je ne me torture l'esprit en tentant de savoir ce que je devrais faire plutôt que de me laisser aller à ce que désire, je lui réponds d'une voix posée.
— OK...
Toute une palette d'émotions habille successivement son visage, puis, bientôt, je ne vois plus rien. Je suis dans ses bras.
Ses lèvres passionnées se pressent contre les miennes, et le monde tout autour échappe à ma perception. Je passe mes doigts dans ses cheveux, le maintiens contre moi, tandis que ses mains caressent mon dos et mes hanches.
Tout à coup, il me soulève et m'assied sur le capot de ma voiture. Brûlant de désir, il baise mon cou, déboutonne mon chemisier, s'empare de mes seins...
J'étreins sa taille fine de mes jambes, l'attire vers mon ventre brûlant. Répondant à mon appel, il se cale entre mes cuisses, durcit contre mon sexe, et je brûle de le sentir en moi.
Il défait d'une main experte le bouton et la braguette de mon short. Je ne suis plus assez lucide, alors, pour me demander si nous sommes vraiment à l'abri des regards.
D'une main, il m'invite à m'allonger sur le capot, fait glisser mon short et ma culotte le long de mes jambes. Après s'être débarrassé de mes vêtements sur la voiture, Cash dépose mes jambes pliées sur ses épaules, et enfouit son visage entre mes cuisses.
Je suis incapable de retenir des gémissements de plaisir sous les caresses de sa langue experte qui décrit des cercles brûlants autour de mon clitoris. Bientôt, il s'aventure plus bas, puis l'enfonce en moi, aussi profondément qu'il en est capable. Je sens son visage contre moi, et puis, soudain, le monde autour de lui explose en même temps que mon orgasme.
Cash recule, et je perçois le murmure plein de promesses de sa fermeture Eclair. Il s'introduit en moi, et mes spasmes redoublent aussitôt. Il prend mes cuisses et m'attire tout contre lui, mon dos toujours plaqué contre le métal chaud de ma voiture.
Je lève des yeux mi-clos vers lui et vois qu'il me toise d'un regard intense et sensuel. Il place une main entre nous, et je sursaute presque lorsqu'il vient caresser mon clitoris à fleur de peau. Mais il est doux et, bien vite, je sens naître en moi un nouvel orgasme. Je ferme les yeux, et me contente de savourer l'instant.
Béate, je passe d'un orgasme à l'autre sans plus m'en rendre compte, et sens Cash redoubler d'ardeur : il durcit encore, s'apprête à me rejoindre dans l'extase et, bientôt, par à-coups réguliers et puissants, il jouit en moi, me comble de plaisir.
J'ouvre les yeux et l'aperçois, dos arqué, tête en arrière... Cela m'excite tant de le voir jouir, de sentir mon corps l'inciter, par des caresses humides et chaudes, à me combler encore, aspirer tout ce qu'il a à m'offrir... jusqu'à la dernière goutte.
J'aimerais qu'il n'en finisse jamais de jouir en moi...
Son corps m'imprégnant encore d'ondes ardentes, Cash ouvre les yeux, prend mes mains, puis m'attire contre lui. Dans les bras l'un de l'autre, nous sommes unis comme nul autre en ce monde. Et pas juste physiquement.
Tendrement, il recouvre mon visage de baisers et mon dos de caresses. Il n'a nul besoin d'articuler ce qu'il aimerait me dire à cet instant : je le sais.
Je le perçois.
Et je ressens la même chose.


Le book trailer :