menu 2

gfMes dernières chroniques

Cygne noir, tome 2 : Reine des ronces - Richelle Mead

 



Eugenie Markham est chaman au service de qui le veut bien. Elle peut bannir les esprits de l’Outremonde. Mais après son dernier combat, elle est devenue aussi la Reine des Ronces...


 





 

Le résumé:
Eugenie Markham est chaman au service de qui le veut bien. Elle peut bannir les esprits de l’Outremonde. Mais après son dernier combat, elle est devenue aussi la Reine des Ronces. Ce n’est pas vraiment une place enviable étant donné l’état de délabrement de son royaume, le chaos de sa vie sentimentale et Eugenie n’a aucune envie de voir la prophétie qui dit que son premier né détruira le monde se réaliser. Et maintenant des jeunes filles disparaissent de l’Outremonde et personne à part elle ne semble vouloir savoir pourquoi.

Eugenie a déjà fait couler le sang des faës mais cet ennemi est rusé, subtil et semble nourrir une haine très personnelle. Les hommes de sa vie ne rendent pas les choses faciles non plus. Son petit ami Kiyo a des soucis avec son ex qui est enceinte et le très sexy roi Faë Dorian représente toujours une dangereuse distraction. Avec ou sans leur aide, Eugenie doit s’aventurer au plus profond de l’Outremonde et faire confiance à son pouvoir qu’elle maiyrise à peine. Qu’elle veuille être reine ou pas, Eugenie a promis de faire son devoir même si cela implique de faire face aux aspects les plus sombres et la plus mortels d’elle-même.




L'extrait :
Combien de temps es-tu resté là-bas ? demandai-je en lui versant un verre d’eau.
— Une partie de la journée. Et pour moi ce sera du vin, ma chère.
D’un signe de tête, il me désigna la carafe voisine du pichet d’eau.
— Cela ne ferait que te déshydrater davantage, répondis-je en lui tendant le gobelet plein d’eau. (Dorian fit la grimace mais but son verre avidement. Je le regardai faire, toujours aussi perplexe). Mais... pourquoi ? insistai-je. Tu n’as pas à ce point besoin de ce cuivre.
— Moi, peut-être pas. Mais toi, si. (Il finit de boire son eau et je le resservis.) Merci, reprit-il. Servi par une reine... le rêve de bien des hommes.
Je tirai une chaise à moi pour m’y asseoir à mon tour et protestai sans tenir compte de sa remarque :
— Tu n’avais pas besoin de faire ça. Tu aurais pu te tuer...
— Sûrement pas. Tu te fais une bien piètre idée de moi et de mon endurance.
— Cela ne me dit toujours pas pourquoi tu as fait ça.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires