menu 2

Mes dernières chroniques

Une autre voie de Anna Martin



 À première vue, Jesse Ross est un homme ordinaire, engagé dans une relation ordinaire avec sa petite amie depuis l’université, Adele. Mais ce que sa copine ignore, c’est qu’il a une liaison – avec un homme – et qu’il explore sa sexualité d’une manière qu’elle n’aurait jamais pu imaginer..












À première vue, Jesse Ross est un homme ordinaire, engagé dans une relation ordinaire avec sa petite amie depuis l’université, Adele. Mais ce que sa copine ignore, c’est qu’il a une liaison – avec un homme – et qu’il explore sa sexualité d’une manière qu’elle n’aurait jamais pu imaginer. Sa vie compartimentée convient très bien à Jesse et il n’a pas l’intention de sortir du placard, que ce soit comme bisexuel ou comme soumis.

Cependant, Jesse est sous le choc lorsque son Maître, Will, avoue vouloir plus, vouloir Jesse comme partenaire, et pas seulement comme soumis. Soudain, la vie bien compartimentée de Jesse n’est plus aussi confortable. En fin de compte, Jesse se doit de tout risquer, pour sa petite amie, pour son amant et pour lui-même.
 





Je crois que je me suis trompée en choisissant ce livre.
Je croyais lire une romance M/M et même si je dois dire qu'il y a une romance, elle est vraiment secondaire dans le livre.
On est vraiment dans le milieu BDSM et tout le livre tourne autour. On est pas dans dans la littérature érotique mais plutôt pornographique.

Une erreur de choix.




Je regardai droit dans ses grands yeux marron et je sus que c’était ‘le’ moment.
— Je t’aime, murmurai-je.
Will fronça légèrement les sourcils. Puis il sourit.
— Montre-le-moi, dit-il.

Lui montrer. Oh mon Dieu ! Pas baiser, faire l’amour. C’est ce que je devais faire. Pas seulement deux corps qui se rencontraient pour un plaisir mutuel, mais l’acte de créer plus que la somme de deux individus. Lui faire l’amour. Je pouvais faire ça.
J’embrassai son corps jusqu’en bas, accordant une attention toute particulière à toutes les zones sensibles et érogènes que j’avais appris à connaître depuis que nous étions ensemble. Près de deux ans. Près de deux ans qu’il m’aimait. Et j’avais enfin la chance de le lui montrer à mon tour.
Il y avait beaucoup à rattraper.
Je commençai par embrasser sa hanche, le V profond, sa forte ossature et ses muscles. Will passa la paume de sa main sur mes cheveux courts sur le côté, m’encourageant et me laissant faire tout ça à mon rythme. J’avais l’habitude de ça bien entendu, embrasser son corps, prendre soin de lui, faire de mon putain de mieux pour l’exciter.
Je fis courir ma langue sur son gland et recueillis sa perle d’excitation sur ma langue, ronronnant de plaisir à son goût. La main dans mes cheveux se resserra et il jura doucement dans sa barbe. Après avoir mouillé mes doigts avec ma salive, j’atteignis l’arrière et caressai délicatement son entrée, voulant l’exciter au point où il aurait désespérément besoin de moi.
— Putain ! murmura Will.
Il répéta son juron à un rythme régulier alors que je passais au lubrifiant, couvrant mes doigts puis me débarrassant de la bouteille.
Je gardai mes lèvres sur et autour de son pénis alors que je poussais doucement mon majeur en lui, testant sa résistance, puis le baisant lentement, passant à l’index pour chercher sa prostate puis de nouveau à mon majeur pour la profondeur. Je pouvais le sentir trembler sous moi.
— Je suis prêt, murmura-t-il.
Je dus déglutir alors que j’acquiesçai. Je cherchai le préservatif, et plus de lubrifiant, lorsque la main de Will surgit pour m’arrêter.
— Quoi ?
— Vas-y à nu.
Je le regardai pendant un long moment avant de retrouver ma voix.
— Tu es sûr ?
Will acquiesça. Le niveau de confiance et d’amour était incroyable. Nous nous embrassâmes à nouveau, de manière pressée et désordonnée, jusqu’à ce qu’il rompe le baiser avec un gémissement.
— S’il te plaît, Jesse, j’ai besoin de toi.
J’enduisis ma verge aussi vite que possible, puis me positionnai sur lui pour appuyer doucement sur son entrée.
— Oh ! haletai-je lorsque sa chaleur m’enveloppa.
Mes yeux s’ouvrirent et le fixèrent, regardant son expression passer d’une grimace à un sourire.
— Je vais bien, m’assura-t-il, caressant ma joue de sa paume.
Je tournai mon visage pour déposer un baiser sur sa main et poussai en avant, ne m’arrêtant pas avant que mes cuisses rencontrent l’arrière de ses jambes et que nous soyons emboîtés l’un dans l’autre.
— Oh mon Dieu, Will, murmurai-je.
— Je sais, je sais. Putain, bouge !
Je ris doucement et roulai mes hanches, cherchant la meilleure façon de me mouvoir avec lui. Will était plutôt silencieux. Mes yeux se fermèrent et une pensée me traversa l’esprit – Will donne l’impression que c’est bien plus facile que ça ne l’est vraiment.
Ce fut comme s’il pouvait lire dans mes pensées.
— Jesse, bébé.
Je le regardai.
— Il suffit de bouger. Ton corps connaît le mien. Tu sais comment faire, détends-toi.
Je me penchai pour l’embrasser. Il avait raison.
Will enroula ses jambes autour de ma taille, me tirant plus profondément alors que je pensais que ce n’était pas possible, ce qui signifiait qu’il pouvait rencontrer mes hanches à chaque pression de ma verge. Lentement, mais sûrement, nous suivîmes un rythme qui était autant de la tendresse et de l’amour que de la luxure et de l’exploration. Je l’aimais encore plus de m’offrir cela.
La peur de ne pas durer commença à refluer alors qu’il me ramenait sur Terre avec ses mains et ses doigts sur mon visage et dans mes cheveux. C’était comme s’il ne pouvait arrêter de me toucher, me rendant réel. Cela me semblait naturel de garder les yeux ouverts, pour le regarder, ainsi que ses réponses à ce que je faisais à son corps, au lieu de les fermer et de me perdre dans l’instant. Je voulais savoir si c’était bon pour lui. Je voulais apprendre. C’était tout nouveau, excitant et génial, tout à la fois.
Will mordit fortement sa lèvre inférieure et je changeai un peu l’angle de mon corps pour qu’il puisse glisser une main entre nous et se caresser le sexe. Mon rythme devint plus saccadé alors que nous repoussions tous deux notre orgasme, puis je le regardai, fasciné, alors que son visage se tordait de plaisir et que son sperme touchait mon ventre.
Je jouis dans un cri, ses bras serrant mes biceps alors que je me libérais à l’intérieur d’un autre homme pour la première fois, le remplissant de mon sperme chaud, le marquant comme mien de l’intérieur. Puis je murmurai son nom, encore et encore, jusqu’à ce qu’il m’arrête avec ses lèvres.
— Jesse, murmura-t-il. Moi aussi, je t’aime.