menu 2

gfMes dernières chroniques

lundi 7 juillet 2014

La confrérie des Ombres Tome 1 : Le Chaos de Belinda Bornsmith

 


Ce voyage a été un calvaire, mais ces deux derniers jours sans toi, c’était l’enfer. 
 














Le résumé :
Les dzellis ont vécu pendant des siècles dans l'ombre de la race humaine, attendant leur heure pour se soulever et s'imposer sur terre. Avant le commencement de cette guerre, Slaren Karg - guerrier dzellis - n'a qu'un but : récupérer un carnet rassemblant des années de recherches faites par Brian Miller, sur une menace imminente envers la race humaine.
Mais, le scientifique décédé, son intérêt se porte sur sa fille : Jenna
Elle est humaine, il hait la race humaine
Pourtant, la jeune femme éveille en lui un désir toublant, intense et puissant. Alors, quand cette guerre éclate, et que chacun ne peut ignorer et maîtriser le désir qui les pousse l'un vers l'autre... Quel sentiment peut-il naître entre un dzellis qui mène une guerre impitoyable et une humaine qui assiste impuissante au chaos de sa propre race ?

Site auteur

http://www.belindabornsmith.com/

L'extrait :
- Honnêtement, je ne sais pas pourquoi mon destin est lié à une humaine, mais pour rien au monde, je ne voudrais que cela change. C'est toi que je veux Jenna...et te faire souffrir me fait mal, être à tes yeux ce dzellis cruel...
- Slaren...
- Non écoute-moi...être à tes yeux ce dzellis cruel, je comprends ce sentiment.
Sa voix se fit plus dure, mais se teintait d'une douleur qui la fit trembler.
- Ce jour-là, j'aurais dû venir ! Bon sang j'aurais dû ! Et je ne sais pas pourquoi j'ai cette chance que tu sois vivante, mais la pensée que j'ai failli te perdre, et de ce que tu as enduré, ne me quitte pas. C'est une souffrance abominable, mais je la mérite en soi...je ne me le pardonnerai jamais ! jamais !
Ses paroles résonnèrent dans le vestiaire.
- Sla...
- Tu as raison, coupa-t-il. J'ai fait preuve d'un aveuglement et d'une cruauté impardonnable. Je bénis le ciel chaque seconde que tu sois vivante.
- Embrasse-moi, Slaren, lança-t-elle subitement, le ton tremblant.