menu 2

gfMes dernières chroniques

mardi 15 juillet 2014

Le cercle des immortels, Dark Hunters, Tome 7 : Prédatrice de la nuit - Sherrilyn Kenyon

 


Tabitha Devereaux passe son temps à chasser les vampires, quand elle ne s'occupa pas de sa boutique pour le moins spéciale. Amie proche de Acheron, il lui arrive cependant de poignarder des Chasseurs de la Nuit par erreur en les prenant pour des démons.


 





 

Le résumé:
Tabitha Devereaux passe son temps à chasser les vampires, quand elle ne s'occupa pas de sa boutique pour le moins spéciale. Amie proche de Acheron, il lui arrive cependant de poignarder des Chasseurs de la Nuit par erreur en les prenant pour des démons.
C'est ce qui arrive malheureusement à Valerius, qui volait à son secours. La jeune femme, comprenant sa méprise, tente alors de se rattraper en s'occupant de lui.
Reccueilli par la jeune amie d'Acheron, Valerius ne sait plus que croire, que faire, comment réagir. Personne ne lui a jamais témoigné autant de tendresse durant toute sa vie. Déchiré entre son attirance pour Tabitha et le fait qu'elle est la belle-soeur de Kyrian, qui n'a qu'une envie, le voir mort, Valerius ne sait que choisir...



L'extrait :
Valerius s'empressa d'appeller Acheron, qui décrocha tout de suite.
- J'ai besoin d'aide!
C'est la premiere fois depuis l'invention du téléphone que Valerius téléphonait à son chef. Ce qui n'empêcha pas celui-ci de l'identifier immédiatement.
- De l'aide pour quoi, le Romain?
Valerius comprit à sa voix enrouée qu'il avait réveillé Acheron. Et zut! De mauvaise humeur, l'Atlante risquait de l'envoyer paître.
- Je me trouve chez une femme completement aliénée qui prétend te connaître. Viens me chercher immédiatement, Acheron. Peu importe ce que ton intervention me coûtera.
- C'est midi. Toi et moi on devrait dormir. Mais ou es-tu?
Valerius balaya la chambre du regard. Autour d'un grand miroir étaient accrochés des masques de carnaval. Sur le sol, au lieu d'un tapis persan, il y avait une immense carte routière pour enfants, le genre de chose stupide sur laquelle ils faisaient rouler des autos miniatures. Certains objets ou astuces de décoration étaient d'un goût sans faille, d'autres carrément à vomir... ou à frémir, comme cet autel dédié au vaudou, qui lui faisait froid dans le dos.
- Je ne sais pas où je suis. A un moment, quelqu'un a sonné à la porte et ça a déclenché une vraie fanfare, il y a un coucou armé d'une hache, un travesti et une maniaque du couteau.
- Oh! Tu es chez Tabitha?



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires