menu 2

gfMes dernières chroniques

mardi 28 octobre 2014

Paradise, Tome 1 - Simone Elkeles


Les plus belles histoires d'amour
arrivent souvent par accident ...





Un an après l'accident qui a failli lui coûter la vie, Maggie peut enfin retourner au lycée. Hélas, elle a perdu toute confiance en elle et semble incapable de retrouver sa joie de vivre. Car tout, dans la petite ville de Paradise, lui rappelle les conséquences du drame. Un garçon pourtant, semble décidé à entrer dans sa vie. Un garçon qu'à priori, Maggie aurait préférer oublier …

Qu'elle le veuille ou non, leurs destins sont liés.
Pour le pire et pour le meilleur !

Une superbe histoire d'amour !

les points forts !
L'histoire. Elle est un peu tordue d'un premier abord. Caleb revient dans sa ville natale après avoir purgé une peine de prison dans un établissement pour adolescent. Il a renversé Maggie, la meilleure amie de sa sœur jumelle en état d'ébriété, il y a un an de cela. La vie de la jeune femme a basculé ce jour-là. Pourtant tous les deux sont les héros de cette romance improbable. Les hasards de la vie les amène à se retrouver malgré leur lourd passé commun...

Le couple. Maggie et Caleb sont de très beaux personnages. La difficulté de Maggie à s’accepter remonte bien avant son accident. Sa fragilité la rend vraiment touchante. Quant à Caleb, ce garçon que la vie a broyé de manière injuste, il est magnifique avec cette carapace qu'il a du se forger pour supporter la vie carcérale. Simone Elkeles nous offre un jeune homme dur et sans concession.


La narration. Chez cette auteure, on est habitué à la double narration, c'est d'ailleurs un peu sa marque de fabrique mais je trouve qu'elle le fait toujours avec justesse et ça rythme très bien le récit.

La fin. Je ne m'attendais pas à une fin aussi ouverte. Je n'en dirais pas plus mais je vais me ruer sur le deuxième opus au plus vite.

Les points faibles

Caleb est un beau personnage mais qui met beaucoup de distance dans ses sentiments. C'est un trait qui le distingue des autres personnages de Elkeles mais qui fait qu'on ne sait pas toujours ce qu'il ressent. Du coup, on est un peu perdu. Notamment à la fin du livre, je me suis vraiment demandé ce qui lui passait par la tête et je n'ai pas eu de réponse!



J'ai beaucoup aimé la trilogie de frères Fuentes (vous pouvez retrouver les différentes chroniques de chaque tome sur le blog) de cette auteure qui porte haut les couleurs de la passion. Celui-ci est un peu plus tiède en comparaison.

Une belle romance Young Adult qui se lit d'une traite !
 



Je descends de voiture en rassemblant tout mon courage et marche vers lui, qui continue à dribbler comme s’il ne m’avait pas vue.
Caleb !
Pourquoi est-ce que tu ne m’as rien dit pour Mme Reynolds ?
Je voulais le faire, mais je n’en ai pas eu l’occasion, dis-je en continuant d’avancer.
Ne m’approche pas si tu ne veux pas que je te harcèle.
Ça, je le mérite. Hier, je l’ai giflé quand il a voulu m’aider. Mais c’était avant que je mette tout à plat dans ma tête.
Il paraît que tu as eu des ennuis.
Tu es venue pour enfoncer le clou ou pour une partie de basket ?
Tu sais très bien que je ne peux pas jouer.
Il me toise des pieds à la tête.
Oh, si, tu peux jouer, Maggie. Peut-être pas au basket, mais tu maîtrises des jeux plus complexes.
De quoi parles-tu ?
Il coince le ballon sur sa hanche avec un air moqueur.
Ne me dis pas que tu as peur de moi ?
J’avance vers lui, le menton levé, pleine d’assurance.
Je n’ai pas peur de toi.
Il me toise avec le même aplomb.
Prouve-le.
Comment ?
Il envoie le ballon sur le côté du terrain et fait quelques pas dans ma direction.
Devine.
J’ai du mal à respirer, soudain.
Je… je ne sais pas de quoi tu parles.
Tu ne devines pas ?
Tu veux que je t’embrasse ? dis-je le souffle court.
Tu m’as anéanti, tu le sais, non ? affirme-t-il avant que, me hissant sur la pointe des pieds, je pose mes lèvres sur les siennes.
Me prenant par la taille, il me plaque contre lui. Je sens sa force sur mon corps. Mes doigts enserrent ses biceps. Je m’abandonne à son étreinte protectrice, à l’odeur et au goût uniques de Caleb Becker.
Il m’embrasse violemment. Avec colère. Je recule tout en le repoussant, chancelante.
Que fais-tu ?
Il s’essuie la bouche du plat de la main.
Je veux être sûr de te faire peur. C’est bien ce que tu veux, non ? Comme ça, tu peux continuer à affirmer que la victime, c’est toi.
Nous nous toisons du regard. Lequel contrôle l’autre ? L’assaillant face à la victime. Le garçon ou la fille ?
Il reprend son ballon.
Rentre chez toi, Maggie. Tu as eu ce que tu voulais.




L'extrait :
Tournant la tête, je plonge mes yeux dans les siens, plus sombres et plus intenses que jamais.
Pourquoi me regardes-tu ainsi ?
Te souviens-tu de l’accident ? demande-t-il gravement.
Je secoue la tête.
Tu ne te souviens de rien ? Ni de la conversation que nous avons eue avant l’accident, ni du moment où je t’ai renversée ? Rien du tout ?
Non. C’est le trou noir. Je sais seulement ce qu’on m’a raconté.
Il cligne des yeux, puis détourne la tête.
Nous avons eu une dispute, toi et moi.
À quel sujet ?
Il émet un rire bref.
Kendra.
Je ne veux pas qu’il sache la vérité. Que je me rappelle chacun des mots cinglants sortis de sa bouche quand je lui ai avoué que je l’aimais. C’est le seul moment de cette soirée qui soit limpide dans ma mémoire. Tout le reste est noyé dans le brouillard.
Je ne m’en souviens pas.
Tu m’as dit qu’elle me trompait, que tu l’avais vue avec un autre garçon dont tu refusais de me révéler le nom. Je ne t’ai pas crue sur le moment, mais tu avais raison. Elle sortait avec Brian avant qu’on me mette en prison.
Il me regarde fixement et cette fois-ci, je ne détourne pas les yeux, même quand il ajoute :
Tu as dit aussi que tu m’aimais.
Je déglutis avec difficulté, comme hypnotisée. Ses yeux qui, jusqu’à l’an dernier, ne m’avaient pas accordé plus qu’une brève attention me transpercent avec ardeur.
Je ne m’en souviens pas, dis-je dans un murmure.
Maggie…
Il place ma main contre sa joue rugueuse. Il tourne la tête et embrasse la partie sensible de la paume, tout en soutenant mon regard.
J’aurais dû faire ce geste l’an dernier.
Mon cœur s’emballe, mais ses lèvres sont déjà sur les miennes.


L'extrait :
Pour l’instant, je doute de tout. Pourquoi suis-je venue ici ?
Parce que tu es prête à démarrer une nouvelle vie, Maggie. Tu t’es libérée du passé. Il ne peut plus te faire souffrir. Moi, si je veux être libre, je dois quitter Paradise.
Il m’embrasse. Son baiser est doux, chaleureux, nostalgique et chargé de remords. J’ai envie de le retenir pour le mettre en sécurité.
Est-ce que cela signifie que nous sommes tous les deux libres ?
Il acquiesce, incapable de parler.
Je sais que jamais il n’écrira ni ne téléphonera. Il va couper les ponts avec sa famille et cette petite ville qui lui a fait tant de mal. Y compris avec moi. Je regrette tellement qu’il se soit porté responsable de mon accident. Mais je n’y peux rien.
Il se recule en me faisant un clin d’œil.
Bye.
Je refuse de te dire au revoir.
Il rit brièvement, sans cesser de reculer.
Alors, dis-moi quelque chose que je puisse garder comme tes dernières paroles. Dis-moi que tu m’aimes. Dis-moi que tu penseras à moi tous les soirs avant de t’endormir. Dis-moi…
La poule rousse s’est fait la malle.
Il rit.
Je n’oublierai jamais Mme Reynolds, le belvédère, les jonquilles, toi et moi dans le belvédère…



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires