menu 2

gfMes dernières chroniques

vendredi 11 juillet 2014

Highlands' Lairds, Tome 2: Le Maître Chanteur - Julie Garwood




C'est du chantage mais lady Gillian n'a pas le choix.
Si elle veut sauver son oncle, retenu prisonnier par le félon Alford, il lui faut retrouver le trésor que convoite ce dernier.










Lady Gillian n'a pas le choix. Si elle veut sauver son oncle, retenu prisonnier par le félon Alford, il lui faut retrouver le trésor que convoite ce dernier et se rendre en Écosse alors qu'une guerre sans merci oppose l'Angleterre aux Highlanders. Affronter les farouches habitants des Hautes Terres du Nord n'est pas une mince affaire. Pour eux, tout Anglais est un ennemi potentiel, même s'il s'agit d'une femme ! Brodick, chef du clan Buchanan, admire pourtant le courage de Gillian et, peu à peu, s'enflamme pour ses yeux verts. Peu importe qu'elle soit anglaise, elle sera sienne. De son côté, Gillian est loin d'être insensible à la séduction de ce géant blond, aux manières quelque peu brutales, mais elle a une mission à accomplir et personne ne pourra l'en empêcher !





- Tu sais quoi, Gillian?
- Non, quoi ?
- Maintenant, ma maman restera avec moi jusqu'à ce que je sois bien endormi, alors je n'aurai plus de cauchemars. Mais toi? Peut-être qu'il faudrait que Brodick continue à dormir avec toi?
Gillian, rouge de confusion, plaqua la main sur la bouche de l'enfant, sans oser jeter un regard à Brodick.
- Alec, tu embarrasses Gillian, intervint sa mère en riant.
Ian regarda tour à tour Gillian et Brodick, avant d'annoncer à celui-ci :
- Le père Laggan est revenu. Un autre prêtre, plus jeune, sillonne également la contrée. Il s'appelle le père Steven.
- Pourquoi me parles-tu de cela? demanda Brodick.
- Pour que tu saches que nous avons deux prêtres à notre disposition, répliqua Ian, avec un coup d'oeil éloquent en direction de Gillian.
- Je ne couche pas avec Brodick ! protesta la jeune femme. Et nous n'avons pas besoin d'un prêtre.
- Si, tu dors avec lui !
- Alec, ce n'est pas poli de contredire les adultes.
- Mais, maman...
- Tais-toi, mon chéri.
Gillian, cramoisie, fusilla Brodick du regard. Il n'avait qu'un mot à dire pour dissiper ce malentendu. Alors, pourquoi ne le disait-il pas ?
Au lieu de cela, il se pencha vers elle, tout sourires, et lui murmura :
- Je ne pensais pas qu'on pouvait rougir à ce point.
- Expliquez-leur, enfin !
- Expliquer quoi ? demanda-t-il d'un ton innocent.
Gillian se tourna vers Judith.
- Ce n'est pas du tout ce que vous croyez. Mais comme nous dormions à la belle étoile, chaque matin, au réveil, ils étaient tous...
- Qui, ils ? Coupa Ian.
- Les guerriers de Brodick.
- Ah, parce que vous couchiez aussi avec ses guerriers ?
Gillian ne comprit pas qu'il la taquinait et rougit de plus belle.
- Non... Enfin, c'est-à-dire... Nous dormions ensemble. Mais je vous jure qu'il ne s'est jamais rien passé.
- Arrête de la tourmenter, Ian, intervint Judith, Ne vois-tu pas combien c'est gênant pour elle ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires