menu 2

Mes dernières chroniques

Les Highlanders, tome 2 : La rédemption du Berserker - Karen Marie Moning

 


- Embrasse-moi...susurra-t-elle. 
S'il te plaît. Juste une fois, 
comme si tu le voulais vraiment.


 











Le résumé:
La très belle Jillian Saint-Clair se destine au cloître. Elle n'aime qu'un seul homme, Grimm Roderick, qui l'a toujours ignorée. Impatient de marier sa fille, Gibraltar Saint-Clair décide d'inviter au château trois soupirants : le noble Quinn, le cynique Ramsay, et Grimm. Mortifiée que ce dernier l'ait de nouveau rejetée, Jillian décide de le rendre fou de jalousie. Elle ignore que Grimm est un Berserker, un guerrier légendaire d'une force surhumaine, mais pas tout à fait humain.


L'extrait :
Agacé, Grimm enfonça profondément ses doigts dans ses cheveux, puis, ôtant le lacet de cuir qui les retrenait, il le jeta rageusement sur le sol.
- Alors de quoi s'agit-il? insista-t-elle. Pourquoi faudrait-il que Quinn et Ramsay, et otus ceux qui les ont précédés aient envie de moi, et pas toi? Dois-je vraiment choisir l'un deux? Est-ce à Quinn que je dois demander de m'embrasser? de me mettre dans son lit? de faire de moi une femme?
Un grondement sourd monta de la gorge de Grimm.
- Tais-toi!
En un geste immémorial et purement féminin de défi et de séduction, elle pointa le menton en avant, rejetant ses cheveux vers l'arrière.
- Embrasse-moi...susurra-t-elle. S'il te plaît. Juste une fois, comme si tu le voulais vraiment.
Il bondit avec une telle grâce et à une telle vitesse qu'elle n'eut pas le temps de réagir. Les doigts de Grimm plongèrent dans ses cheveux, emprisonnant son crâne entre ses paumes et inclinant sa tête vers l'arrière.
Enfin, ses lèvres se posèrent sur les siennes.
Ce fut tout de suite un biaser passionné, mais dans le contact rude de sa bouche contre la sienne, Jillian eut la sensation que s'exprimait une colère froide. Comment pouvait-il lui en vouloir de l'avoir poussé à l'embrasser, alors qu'il était manifeste qu'il avait desespérément envie de le faire? De cela, elle était certaine. Dès l'instant où ses lèvres avaient pris possession des siennes, tous les doutes qu'elle avit pu entretenir sur la réalité de son désir pour elle s'étaient définitivement évanouis. Ce sésir, elle pouvait le sentir courir sous sa peau, menant une lutte acharnée contre sa volonté - une lutte perdue d'avance, songea-t-elle non sans fierté.
Jillian s'ammolit contre lui. Accrochée à ses épaules, elle entrouvrit les lèvres, offrant à la langue de Grimm un libre accès à sa bouche. Comment un simple baiser pouvait-il à ce point résonner en elle, faire vibrer chaque fibre de son être, lui donner l'impression que le sol se dérobait sous ses pieds? Se livrant tout entière à la passion, elle lui rendit son baiser avec la même fougue, la même audace. Après avoir passé tant d'années à espérer et à douter, elle avait enfin une certitude: Grimm Roderick était animé par le même besoin irrépressible de la toucher que celui qui l'avait toujours poussée ver lui.
Et en ce qui la convernait, elle était convaincue que jamais elle ne pourrait se contenter d'un seul de ses baisers.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Laissez vos commentaires