menu 2

gfMes dernières chroniques

samedi 19 juillet 2014

Les Chicagos Stars, Tome 6 : Parfaite pour toi - Susan Elizabeth Phillips

 


 Il ne lui était pas trop difficile de résister aux tentations de toutes sortes. Il lui suffisait de se rappeler qu’il occupait la place qui était sienne aujourd’hui grâce à un plan de carrière rigoureux, dont la prochaine étape consistait à se marier avant l’âge de trente-cinq ans. Sa femme serait l’ultime symbole de sa réussite,


 



 


Le résumé:
"L'agression est le seul mode de communication que comprenne Heath Champion."
Forte de ce conseil, Annabelle Granger décide d'employer les grands moyens pour convaincre l'agent sportif qu'elle est la meilleure conseillère matrimoniale de Chicago.
En effet, le Python, comme on le surnomme, a décidé de convoler avec une femme qui sera le symbole de sa réussite. Peu importe qui, du moment qu'elle répond à ses critères de sélection.
Annabelle promet de lui présenter les créatures les plus étourdissantes - quitte à tricher un peu. Et le défilé commence...
Mais Heath est exigeant. Très exigeant.
Et il devient difficile pour Annabelle de satisfaire ce client qu'elle trouve de jour en jour plus irrésistible.


L'extrait :
- Votre rendez-vous de onze heures, Heath... annonça la réceptionniste tandis qu'il raccrochait. J'ai expliqué à Mlle Granger qu'elle était trop en retard pour vous voir.
Hochant la tête, il replia soigneusement un exemplaire du Pro Football Weekly ouvert sur son bureau. A elle seule, songea Annabelle en examinant sa tenue, sa cravate bleu marine coûtait probablement plus cher que tout ce qu'elle portait sur le dos. Quant à sa chemise bleu pâle, elle ne pouvait qu'avoir été taillée sur mesure pour tomber si bien sur ses hanches après avoir épousé l'exceptionnelle largeur des épaules.
- Apparemment, dit-il d'une voix posée, Mlle Granger n'est pas très attentive...
Avec une lenteur étudiée, il se leva de son siège. La toile de sa chemise dessina une paire de pectoraux puissants, manifestement sculptés par l'exercice. Fascinée, Annabelle repêcha dans sa mémoire quelques bribes de sciences naturelles héritées du lycée. Le python, serpent de très grande taille, broie ses proies entre ses anneaux avant de les avaler. Toutes entières. Et tête la première...
- Voulez-vous que j'appelle la sécurité? demanda la réceptionniste.
- Inutile, répondit-il sans cesser de la fixer de ses yeux de prédateur. Je crois pouvoir m'en occuper seul.


L'extrait :
Dean Robillard fit son entrée dans le club comme une star de cinéma, une veste sport négligemment jetée sur ses épaules, deux diamants brillant aux lobes de ses oreilles et une paire d’Oakleys protégeant ses yeux bleu Malibu. Sa peau bronzée, un chaume discret sur ses joues, ses cheveux blonds de surfeur hérissés au gel complétaient l’illusion. En le voyant débarquer, Heath se surprit à sourire. Ce garçon avait toujours eu du style et il l’aimait bien.
— Tu connais Dean ? s’étonna la blonde pendue à son bras gauche, pendant que Robillard gratifiait la foule d’un sourire éclatant.
Il lui avait fallu élever la voix pour couvrir le magma sonore qui baignait la piste de danse du Waterworks. S’y retrouvaient nombre de joueurs des différents clubs sportifs de la ville, quelques acteurs, une rock star et des douzaines de jeunes femmes, toutes plus jolies les unes que les autres, vivier de charme dans lequel n’avaient qu’à puiser les membres de la jet-set locale réunis pour une fête privée.
— Bien sûr qu’il le connaît ! dit d’un ton méprisant la brune qui squattait son autre bras. Heath connaît tous les footballeurs du monde. Pas vrai, chou ?
Tout en parlant, elle avait subrepticement enroulé sa main sur l’intérieur de sa cuisse. S’en tenant à la règle de conduite qu’il s’était fixée depuis qu’il avait décidé de se marier, Heath ignora un début d’érection et repoussa la main baladeuse. Il ne lui était pas trop difficile de résister aux tentations de toutes sortes. Il lui suffisait de se rappeler qu’il occupait la place qui était sienne aujourd’hui grâce à un plan de carrière rigoureux, dont la prochaine étape consistait à se marier avant l’âge de trente-cinq ans. Sa femme serait l’ultime symbole de sa réussite, la preuve définitive qu’il avait laissé à jamais derrière lui le terrain de camping de Beau Vista et ses caravanes.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires