menu 2

gfMes dernières chroniques

dimanche 6 juillet 2014

Go to Hell d'Oxanna Hope




Cassie n’a que dix-huit ans mais elle a déjà beaucoup voyagé. D’une ville à l’autre, elle tente en vain de se fondre dans la masse pour échapper à son passé. Lorsqu’elle débarque à Fairfield, elle garde encore l’espoir d’y trouver un peu de tranquillité. Cependant, dès le départ, son désir est voué à l’échec ; son franc-parler et sa beauté envoûtante la feront sortir du lot. ..










Le résumé :
Cassie n’a que dix-huit ans mais elle a déjà beaucoup voyagé. D’une ville à l’autre, elle tente en vain de se fondre dans la masse pour échapper à son passé. Lorsqu’elle débarque à Fairfield, elle garde encore l’espoir d’y trouver un peu de tranquillité. Cependant, dès le départ, son désir est voué à l’échec ; son franc-parler et sa beauté envoûtante la feront sortir du lot.
C’est que Cassie n’est pas tout à fait comme les adolescentes de son âge. Elle aime s’amuser, se battre et jouer avec les sentiments des autres. Brian, son nouveau camarade de lycée, en fera l’amère expérience et découvrira par la même occasion qu’elle est dotée d'un pouvoir peu commun.
La rencontre entre Cassie et son professeur de philosophie, Damian, va changer la donne. Cet homme au sourire énigmatique et charmeur est très différent de tous ceux qu'elle a croisés jusqu'ici. Lui et son frère Seven ne mènent pas une vie aussi ordinaire qu’ils voudraient bien le faire croire. Eux aussi dissimulent un secret.
Mais ils ne sont pas les seuls à en posséder un...
Entre magie noire, entités démoniaques et traques, une histoire d’amour tumultueuse qui risque de les mener jusqu’aux portes de l’Enfer ou d’ailleurs...



L'extrait :
Tu veux jouer ?

Usant de toute l’énergie qui lui restait, il la plaqua contre la porte.
Ses doigts enserrèrent le visage anguleux de Cassie.

— Alors, on va jouer, déclara-t-il en essayant de reprendre sa respiration.

Il l’embrassa sans ménagement, sa main remonta sous la nuisette de la jeune fille. La colère guidait ses gestes et les rendait brutaux, chaque spasme lui arrachait un cri silencieux. Cassie sentait la pression de la bouche de Damian sur la sienne et n’osait pas bouger. Non par peur, mais simplement de crainte qu’il ne change soudain d’avis et ne relâche son étreinte.

D’un mouvement tout aussi brusque, elle fit alors tomber la veste de l’homme et lui ôta son tee-shirt. Il sembla se détendre et ses caresses s’adoucirent. Cassie en profita pour l’attirer vers le lit. Ils firent une roulade et il se retrouva sur elle. Les yeux de la jeune fille se portèrent sur le ventre de son amant quand elle lui enleva son jean. Elle constata que des hématomes s’étaient formés sur sa peau légèrement hâlée. Du bout de l’index, elle les effleura. Damian grimaça, il plongea ses yeux dans ceux de sa compagne une fraction de seconde, puis leurs lèvres se rapprochèrent, leurs langues s’entremêlèrent...


 

L'extrait :

prologue


Noyée sous une tunique sombre et sans forme, le visage dissimulé par une capuche, une ombre pénétra à l’intérieur de la mansarde plongée dans l’obscurité et repoussa le verrou. Elle s’avança à pas feutrés puis se laissa tomber à genoux sur le sol. Le bruit d’un briquet qu’on allume troubla le silence. Un halo fantomatique dansa au centre de la pièce. La silhouette porta alors la flamme sur une bougie noire posée sur le parquet et enflamma la mèche.

Lentement, la silhouette repoussa sa capuche, révélant des traits féminins, puis ramena ses longs cheveux sur son épaule et les noua avec un élastique avant de les rejeter en arrière. Elle plongea ensuite une main dans le sac qu’elle portait sur l’autre épaule et en tira une craie blanche avec laquelle elle traça des figures sur le plancher.

Rapidement, son dessin prit forme et révéla un immense pentagramme au centre duquel elle se tenait. Une fois sa tâche terminée, elle sortit quatre bougies noires de son sac. Elle les disposa sur chacune des pointes de l’étoile à cinq branches, les enflamma et rajouta celle qu’elle avait déjà allumée. Elle observa les lueurs orangées pendant un instant, sentant leur faible chaleur.

Un minuscule nuage de condensation s’échappa de sa bouche entrouverte. Sa respiration se fit plus forte, le sang pulsait contre ses tempes. La pièce revêtait un nouvel aspect, comme si des milliers d’êtres invisibles s’étaient réunis et attendaient qu’elle les appelle. Le plafond aux poutres apparentes semblait s’arquer sous le poids des nombreuses toiles d’araignées poussiéreuses.

La silhouette sortit une photo froissée de sa poche et la déposa sur le sol. Ses yeux sombres balayèrent les environs avec circonspection. Le silence était oppressant et rassurant à la fois. Il conférait à ce lieu une impression d’intemporalité tandis que la vie continuait, bruyante et trépidante, de l’autre côté de la porte. Ici, tout semblait s’être arrêté. Les murs épais ne laissaient filtrer aucun son de l’extérieur. Tout ce qui se passait entre ces quatre parois de pierre demeurait prisonnier à tout jamais. Cela donnait à la jeune intruse un sentiment de toute puissance.

De son sac, elle tira ensuite un athamé. La lame argentée brilla d’un étrange éclat. Sa main resserra son étreinte sur le manche représentant une tête de dragon aux yeux sertis de rubis.

Elle inspira profondément. Les flammes vacillèrent sous l’effet de son expiration. Brandissant son poignard, elle commença à psalmodier :

— Par les pouvoirs des Ténèbres, je t’invoque, Anarazel, et te commande d’accomplir ma vengeance.

Elle posa la lame sur la paume de son autre main et l’entailla. Le sang perla aussitôt. Elle referma son poing et en laissa couler quelques gouttes sur le cliché placé devant elle.

— Dirige ma colère vers la personne que je désigne du doigt. Que son souffle vital s’amenuise jour après jour, heure après heure, minute après minute. Telle est ma volonté.

La silhouette posa son index sur la photo maculée et la fixa d’un œil mauvais. Elle éprouvait, avec une certaine jouissance, les caresses du courant d’air glacé qui flottait autour d’elle. Sa tête se redressa violemment et ses pupilles prirent une teinte écarlate avant de s’orienter vers l’œil-de-bœuf par lequel le soleil perçait à peine. Soudain, un grondement sourd se fit entendre, le sol trembla mais elle ne cilla pas. Elle remonta sa capuche sur son visage et se concentra sur les bougies. Les flammes s’élevèrent et des étincelles en jaillirent. D’immenses silhouettes démoniaques se mirent à danser entre les piles de dossiers posées à même le sol.

— Que la magie opère... Maintenant !