menu 2

Mes dernières chroniques

Le club grand, Tome 2 : Le mal que l'on se fait de Skye Warren


 https://2.bp.blogspot.com/-6P9EFxGvn-w/WrZpl8838rI/AAAAAAAAae8/DjLfq1Y2fMw1ZA_sOzfDT_tHnQUqgQx8QCLcBGAs/s320/le%2Br%25C3%25A9sum%25C3%25A9.jpg
Il y a cinq ans, nous vivions sous le même toit. C'était le mauvais garçon dans toute sa splendeur. Nous partagions une famille d'accueil.
Maintenant, il est de retour. Plus dur, plus sévère, plus méchant. Toute sa haine dirigée contre moi, car c'est moi qui l'ai rejeté. C'est l'heure de la vengeance. Il réclame son dû, et je suis incapable de le lui refuser.




 
 

 

Mon cœur cesse un instant de battre. Son insulte me laisse une plaie à vif. Mais bientôt, ses mains sont sur mes fesses et me soulèvent contre les casiers. Sa bouche est ouverte et chaude sur ma peau. Il lèche mon décolleté, me forçant à me plaquer contre lui. Je suis en équilibre instable au-dessus du sol et je dois me retenir à lui. La sueur rend sa peau glissante, mais il est solide comme un roc. Ses épaules sont massives, son corps est chaud et inébranlable.
Je sais que je devrais le détester, mais c’est impossible. Je l’ai trop aimé quand j’étais plus jeune. Et même s’il est plus froid maintenant, plus grand et plus méchant, c’est toujours le même garçon que j’ai aimé.
Il trouve le creux de ma gorge et, comme à l’époque, il y passe la langue. Je frissonne et ondule contre lui, avec avidité et sans la moindre honte. Il est le seul à connaître cette partie de mon corps, le seul à se soucier de l’effet que cela me procure.
Ses mains sont brutales sur mes cuisses.
— Splendide, murmure-t-il.
Il me hait.
Peu importe ce que j’ai dit, peu importe combien de temps s’est écoulé depuis, je suis toujours cette fille qu’il aimait autrefois. Je mérite chaque élan de haine qu’il éprouve envers moi, étant donné ce que je lui ai fait. Je mérite les marques rouges que me laissent ses dents et sa barbe d’un jour. Je mérite les mouvements brusques de son entrejambe qu’il frotte contre mon ventre pour se donner du plaisir comme si j’étais une poupée gonflable.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Laissez vos commentaires