menu 2

Mes dernières chroniques

Le Jeu de la préceptrice de Tessa Dare



 
Libertin notoire, Chase Reynaud se sent peu qualifié pour assurer l'éducation de ses pupilles, deux gamines aussi dissipées qu’hostiles à toute forme de discipline. D’ailleurs, aucune gouvernante ne reste plus de quarante-huit heures à son service. Mlle Alexandra Mountbatten est différente, il le pressent d'emblée. Cultivée, intelligente, passionnée. Et ce qui ne gâte rien, ravissante. Comment résister à tant de qualités ? Chase n'essaie même pas, bien décidé à ajouter une nouvelle conquête à son tableau de chasse. Or, pour la première fois de sa vie, une nuit de volupté ne lui suffira pas...





 



Tessa Dare est un auteur de romance historique dont les livres on été traduits en plus de douze langues. Elle mélange esprit, sensualité et émotion dans ses Régences, dans lesquelles les lectrices modernes peuvent se retrouver. Dans sa série Spindle Cove, elle s'est amusée à créer une ville imaginaire au bord de la mer, où habitent des femmes qui défient les conventions de leur temps en se lançant dans des activités aussi indignes d'une lady que la médecine, la géologie et l'artillerie. Et elle s'est encore plus amusée à imaginer les hommes déterminés dont le coeur est captivé par ces héroïnes improbables. Ses héroïnes fortes et ses héros sexy se retrouvent dans sa série Castles Ever After, lancée en 2014. Bibliothécaire de formation et amoureuse des livres, Tessa habite en Californie, où elle partage un petit bungalow encombré avec son mari, leurs deux enfants et un gros chien marron.
 







Il se pencha pour déposer un baiser sur le front de la poupée.
Bénie soit son âme, murmura-t-il. On dirait qu'elle est endormie. Ou réveillée. Ou je ne sais quoi.
Alexandra réprima un sourire attendri et baissa la tête en se composant une expression solennelle.
Nous pouvons commencer, annonça Daisy d'un ton grave.
Ils se placèrent en demi-cercle au pied du lit. Rosamund se tenait à la droite de sa sœur. Prenant ce qui était sans doute sa place habituelle. M. Reynaud se mit à gauche de la petite... soit juste à côté d'Alexandra.
[...]Elle regarda le lit et concentra son attention sur la scène.
Monsieur Reynaud, demanda Daisy, voudriez-vous dire quelques mots, je vous prie?
Naturellement.
Serrant les mains devant lui, il commença d'une voix solennelle et bien timbrée :
Père tout-puissant, nous sommes ici pour Vous confier l'âme de Millicent Fairfax.
Daisy lui donna un petit coup de coude.
Millicent Annabelle Chrysanthème Geneviève Fairfax, corrigea-t-il.
Alexandra se mordit les lèvres pour ne pas rire. Comment pouvait-il garder son sérieux?
Elle restera dans nos mémoires comme une compagne fidèle. La meilleure amie qui soit. Elle a toujours été aux côtés de Daisy, sauf dans les rares occasions où elle tombait du lit.
Bonté divine! Alexandra luttait désespérément contre le fou rire. Elle ne tiendrait pas longtemps. Peut-être pourrait-elle faire semblant de tousser. Après tout, la tuberculose était une maladie contagieuse.
Que la fermeté d'âme de Millicent face à la mort soit un exemple pour nous tous, poursuivit M. Reynaud avec des accents vibrants. Elle a toujours gardé les yeux tournés vers le ciel, et pas seulement parce qu'elle n'avait pas de paupières mobiles.
Alexandra leva un regard suppliant vers lui. Il fallait qu'il arrête immédiatement ! Il lui jeta un regard espiègle. Alors, elle comprit. Il voulait la faire rire.
A l'instant où elle renonçait à lutter contre l'hilarité, il glissa ses doigts entre les siens.
Soudain, Alexandra n'eut plus du tout envie de rire.
Son cœur se serra.
Du coin de l’œil, elle vit Daisy prendre la main de son tuteur, puis celle de sa sœur. Tous les quatre venaient de former une chaîne. La vérité apparut alors aux yeux d'Alexandra. Ces trois êtres avaient désespérément besoin les uns des autres. Peut-être même éprouvaient-ils de l'amour le uns pour les autres. Pourtant, ils auraient préféré mourir de la tuberculose plutôt que de l'admettre.
Daisy baissa son visage voilé.
Recueillons-nous, dit-elle.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Laissez vos commentaires