menu 2

Mes dernières chroniques

Scandale de L.J. Shen



 
Une liaison à risques au bureau.
Jude a de gros ennuis.
Non seulement, elle a besoin très vite d'un travail qui lui permettra de vivre mais également d'assumer les frais médicaux de son père qui est très malade, mais elle a commis une erreur majeure. Après une nuit de folie avec celui qu'elle a pris pour un simple touriste français, elle a perdu la tête et a quitté leur chambre d'hôtel en volant son portefeuille.
Elle en a honte mais Célian était visiblement aisé et elle n'a aucune chance de le revoir à New York, puisqu'il va certainement rentrer chez lui.
Mais la chance ne sourit pas beaucoup à Jude, elle le sait pourtant.
Lorsqu'elle arrive sur son nouveau lieu de travail, au sein d'un groupe de presse, elle a la très désagréable surprise de découvrir que Célian Laurent sera son patron.
L'alchimie fabuleuse qu'ils avaient découverte quelque temps auparavant est toujours là, vibrante.
Entre le vol qu'elle a commis et le désir qu'elle éprouve pour celui avec qui elle travaille, Jude pourrait voir sa vie sombrer dans le scandale.


 

L.J. Shen s’est imposée dès son tout premier roman comme une voix incontournable de la romance New Adult – un succès confirmé dès la parution de Vicious qui s’est immédiatement hissé en tête de tous les palmarès de vente. Quand elle n’écrit pas, L.J. Shen est une véritable badass (comprendre qu’elle aime passer du temps avec sa famille et ses amis dans sa Californie d’adoption, regarder ses séries préférées ou lire un bon livre). 




 



Où est passé votre accent ? je lui demande dans un sourire feint.
Où est passé mon argent, putain ? il rétorque sur le même ton léger, mais son sourire sournois sous-entend tout autre chose.
Péché.
Je sens ma mâchoire retomber. Je suis tellement désorientée de le voir ici que j’en avais presque oublié ce détail.
Je l’ai pris. Je déglutis péniblement.
Et moi, je l’ai simulé.
Il parle de l’accent.
Il se trouve que moi aussi.
Là, je ne parle pas de l’accent.


 Les organes, Jude, sont comme les gens. Ils ont besoin de compagnie, d’un soutien sur lequel compter. C’est pour ça qu’on a des poumons, des glandes, des mains, des jambes, des doigts, des orteils, des narines, des dents et des lèvres. Il n’y a que le cœur qui travaille seul. Tel Atlas, il porte le poids de notre existence sur ses épaules, sans bruit, et ne se rebelle que s’il est perturbé par l’amour.  


— Je pense que je voulais épouser Milton uniquement pour avoir quelqu’un qui me rattraperait si je tombais. Tu vois ?
Il enfonce ses mains dans mes cheveux et se penche pour m’embrasser sur le front.
— Je vois. Seulement, tomber entre de mauvaises mains, c’est aussi terrible que de s’écraser dans le vide. 


Mon coeur ressent des choses. Il bat. Il aime. Il se brise. Il se brise. Oh, mon Dieu. Il est en train de se briser en ce moment même et je ne peux rien faire pour le raccommoder. Je suis en train de me casser en mille morceaux en même temps que lui. 
 

Je ne te l'ai jamais dit, parce que ça me terrifiait de l'admettre, mais tu es mon église (même si je projette de t'honorer un peu plus que juste le dimanche. )

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Laissez vos commentaires