menu 2

Mes dernières chroniques

Le Dernier Drae, Tome 1 : Pacte de sang de Raye Wagner et Kelly St Clare


 
Plus que tout, c'est d'aventure dont j'ai besoin. Mais à Verald, un pays dévasté par la maladie, la vie est déjà toute tracée, comme les cercles hiérarchiques immuables de notre royaume.
Au cœur même de ces cercles règne notre cruel roi, avec un invincible dompteur de dragons, Lord Irrik, à ses côtés. Leur pouvoir empoisonne le pays et le peuple, et attise la rage d'ennemis toujours plus nombreux.
Mais tout va changer.
Quand la rébellion s'embrase, le roi riposte durement. Capturée par Lord Irrik, je suis soudain entraînée dans un jeu fatal. Un jeu dont je voudrais désespérément comprendre les règles.
Car je ne me bats pas seulement pour rester en vie... mais pour protéger un amour qui pourrait bien être la clef de ma liberté.


Auteure de fantasy pour jeunes adultes. née à Wellington en Nouvelle-Zélande.
"Rêves de Glace" (Fantasy of Frost), le premier tome de la série "Les accords corrompus" (The Tainted Accords), publié en 2015, est son premier roman.
Elle vit en Australie avec son mari.

son site : http://www.kellystclare.com/
Twitter : https://twitter.com/KellyStClare
page Facebook : https://www.facebook.com/kellystclare/


Tu viens de jeter le galet que tu avais à la main et de tuer un homme, finis-je par dire.
Oui, répondait-il. Le roi m’a ordonné de te protéger.
Mon cerveau avait du mal à concevoir qu’Irrik puisse tuer des gardes. Ma réponse arriva lentement à cause du choc. Haussant les sourcils, je demandai :
Tu crois qu’il voulait dire me protéger de ses propres hommes ?
Le drae pinça les lèvres, et des écailles apparurent brièvement, ondulant sur son torse. A la lumière du jour, elles avaient une teinte différente, comme un bleu électrique vacillant profondément sous la surface de l’eau.
  • Il aurait dû se montrer plus précis.

 


Laisse-moi te soigner.
Son visage fut parcouru d’une expression de surprise, puis de confusion, avant qu’il ne fasse la grimace.
Pourquoi ?
Je posai la tête contre son torse, éreintée plus que de raison. Je laissai ses battements de cœur réguliers me bercer. J’étais presque sûre que c’était de ma faute s’il avait été roué de coups. Son comportement, la plupart du temps, était resté un mystère pour moi, mais ce que je savais en repensant à nos diverses interactions, c’est qu’il avait toujours pris la décision de faire le moins de mal possible lorsqu’il avait eu le choix. Les yeux fermés, je décidai de lui dire la vérité.
Parce que même si tu es le bras qui inflige la douleur, tu n’en es pas le créateur

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Laissez vos commentaires