menu 2

gfMes dernières chroniques

mardi 25 février 2014

Femmes de l'Autremonde, tome 2: Capture - Kelley Armstrong



- Qui ça "lui" ? demanda Xavier.
- Clayton, cracha Lake, regard embrochant toujours le mien.
- Ah oui, le petit ami, dit Xavier en feignant un soupir. Vous étiez obligés de le mentionner, lui ? Je l'ai vu dans le Vermont, et il m'a filé un complexe d'infériorité. Par pitié, dites-moi que ce type a de sales habitudes. Des odeurs corporelles. Ou qu'il se cure le nez. Donnez-moi quelque chose.






Le résumé :
Elena Michaels est une femme recherchée. Elle n'a pourtant rien fait de mal. Enfin, pas récemment. Mais il y a dix ans, son amant l'a changée en loup-garou. La seule femme loup-garou au monde, en vérité. Et aujourd'hui, alors qu'elle parvient enfin à l'accepter, un groupe de scientifiques apprend son existence. Ils la pourchassent et elle s'apprête à foncer droit dans leur piège. Mais c'est sans compter sur sa famille adoptive, la Meute, qui ne reculera devant rien pour la retrouver. Et sans compter non plus sur Elena elle-même, ce qui est une grossière erreur...


L'extrait :
- Tu m'as vraiment manqué, lui dis-je lorsqu'il refit surface.
Il pencha la tête et se frappa une oreille de la paume ouverte.
- Désolé, chérie. Je crois que j'ai de l'eau dans les oreilles. J'aurais juré t'entendre dire que je t'avais manqué.
Je grimaçai, puis fis volte-face pour nager vers la rive. Clay m'attrapa la jambe et me tira en arrière.
- Toi aussi, tu m'as manqué, dit-il



L'extrait :
Savannah t’a paru aller bien ? demandai-je quand on eut terminé de se rhabiller. Elle a heurté ce mur assez violemment.
— Elle semblait indemne. Jeremy va s’occuper d’elle.
— Tu crois que Paige s’en sortira ?
— Si elle s’en est sortie face à ce mage, elle s’en sortira face à une gosse de douze ans. Tout ira bien pour elle, chérie. Pour toutes les deux.
— J’espère.
Clay écarta une branche pour moi.
— En te regardant avec Savannah, je me disais…
— Non.
— Je n’ai rien dit.
— Parfait. Continue comme ça.
— Je me disais juste…
— Pas d’enfants.
Il éclata de rire et m’entoura d’un bras.

— Ça m’a l’air clair et net.
— Ça l’est. Tu me vois en mère ? (Je frissonnai.) Je n’imagine qu’une chose qui puisse être pire : toi en père.
— Eh ben merci. Je ferais… un assez bon père. Et sinon, y a Jeremy. C’est un père génial. Il compenserait mes lacunes.
— Bonne idée. On fait les gosses et on lui laisse toute la responsabilité. Il adorerait.
— Ça ne l’ennuierait pas.
— Pas d’enfants, grognai-je.
Clay avança de quelques mètres puis sourit.
— Hé, tu sais quoi ? Si on avait des enfants, tu ne pourrais plus partir. Tu resterais coincée auprès de moi. Ça, c’est une idée.
— Tu… C’est… Oh !
Je levai les bras en l’air et m’éloignai à pas lourds. Le rire de Clay résonna dans toute la forêt. Il me rattrapa en courant, me souleva de terre et me chatouilla.
— Je te préviens, je cache ma pilule, dis-je en cherchant mon souffle.
— On en discutera plus tard.
— Jam…
Il m’interrompit d’un baiser. Quelques minutes plus tard, j’entendis un bruissement dans les buissons.
— Ils sont en train de s’embrasser, dit une voix juvénile.
— Savannah.
Je me retournai pour voir Jeremy la tirer en arrière. Puis il jeta un œil dans les buissons.
— Ah, vous êtes habillés, dit-il avant de relâcher la gamine.
Je me dégageai de la poigne de Clay.
— Évidemment. Tu nous as déjà vus nous arrêter en plein milieu d’une situation dangereuse pour… (je jetai un coup d’œil à Savannah)… nous reposer ?
Jeremy roula des yeux.