menu 2

gfMes dernières chroniques

mardi 18 février 2014

Les vampires de Chicago Tome 4 : Mordre vous va si bien de Chloe Neill



Je t'ai dit un jour que tu était ma faiblesse, mais également ma force,reprit-il. Juste avant de trahir ta confiance. Je sais que je t'ai blessée, et j'en suis sincèrement désoler. (Il marqua une pause.) Que dois-je faire pour te convaincre de m'apporter une autre chance?













Le résumé :
Les temps sont durs pour Merit, toute fraiche vampire. Depuis que les
métamorphes ont annoncé leur existence au monde, les humains se sont regroupés contre les êtres surnaturels... et ils campent devant la Maison Cadogan avec des banderoles de protestation qui pourraient se transformer en fourches à tout moment. A l'intérieur, les choses entre Merit et son maître, Ethan Sullivan, le briseur de cœurs aux yeux verts, sont ... intenses. C'est alors que le maire de Chicago demande à Merit et Ethan de participer à un rendez-vous clandestin et leur fait part d'une violente attaque de vampires où trois femmes ont disparu. Le message est simple : faites le ménage dans vos rangs. Ou alors...

Merit doit résoudre ce crime mais ça n'est pas évident quand elle ne sait pas qui est vraiment de son côté. Elle demande secrètement une faveur à quelqu'un de grand, sombre et faisant partie d'un groupuscule de vampires qui pourrait avoir des informations sur l'attaque. Merit se retrouve rapidement au cœur de la grisante société surnaturelle de Chicago... un monde plein de vampires qui semblent prêts à répondre aux pires craintes des protestants humains. Un monde dans lequel elle va découvrir qu'on ne peut pas être un vampire sans avoir de sang sur les mains...







L'extrait :
D'un autre côté, j'étais capable de jouer à ce jeux là, moi aussi.
Je levai la main afin de repousser une mèche de cheveux derrière son oreille, puis traçai les contours de son sourcil et de sa mâchoire du bout du doigt, me délectant de chacun de ses traits, de ses pommettes parfaitement dessinées à ses lèvres pleines.
cette fois, il se figea.
Enhardie par sa réaction, je caressai d'un geste sensuel la ligne de son cou, puis empoignai le col de sa chemise et l'attirai vers moi.
Voyant ses yeux s'écarquiller, je réfrénai un sourire.
Je me fis un plaisir de le torturer, effleurant se joue du bout des lèvres, puis son oreille. Je le mordis délicatement, juste assez pour lui arracher un soupir de désir. J'ignorais si je le taquinais simplement par revanche, ou si je souhaitais ressentir la satisfaction de lui faire éprouver ses sensations.
Mon cœur cognait dans ma poitrine, affolé par la peur, l'impatience et l'excitation.
- Est-ce que tu aimes ce genre de jeu ? susurrai-je


- J'aime les préliminaires, déclara-t-il avec assurance, d'une voix rauque et sensuelle.
Je considérai son ton comme un signal. J'avais envie de troubler Ethan, pas de nous faire franchir un point de non-retour. J'appuyai ma paume contre sa poitrine et le repoussai. Il se releva en chancelant, me regardant avec des yeux chargés de frustration.



L'extrait :
- Je me connais suffisamment pour admettre que je préfère contrôler la situation, expliqua-t-il. Je pense que c'est la conséquence des responsabilités qui pèsent sur mes épaules. Mais je t'ai déjà dit ce que je ressentais pour toi ...
- En fait, non .
Il cligna des yeux.
- Pardon ?
- tu m'as dit que tu commençais à te rappeler ce que ça faisait d'aimer quelqu'un, lui remémorai-je en souriant. Tu ne m'as jamais rien avoué qui me concerne personnellement.
Il pinça les lèvres, mais eut néanmoins l'intelligence de poser une question pertinente :
- Est-ce que ça changerait quelque chose si je le faisais?
- Non, mais les filles aiment entendre qu'on les apprécie.

L'extrait :
Il me caressa la joue avec son pouce.
- Tu peux toujours essayer de t'enfuir. Même à l'autre bout de la terre, je te retrouverai.
- Ethan ...
- Non. Je serai toujours près de toi. (Il me souleva le menton afin de m'obliger à le regarder dans les yeux.) Fais ce que tu as à faire. Apprends à être un vampire, le soldat que tu es capable de devenir, mais considère la possibilité que j'aie commis une erreur que je regrette. Sache que j’essaierai de te convaincre de me donner une autre chance jusqu'à que la Terre arrête de tourner.
Il se pencha et pressa ses lèvres sur mon front. Je ne pus empêcher mon cœur de fondre tandis que mon esprit, plus rationnel, demeurait suspicieux.
- Personne n'a jamais dit que l'amour était simple, Sentinelle.
La seconde d'après, il avait disparu. Interdite, je restai quelques instants immobile, le regard rivé sur la porte close.
Comment étais-je censée réagir à ça ?

L'extrait :
- Tate m'a dit que tu avais rencontré mon père. Qu'il t'avait payé pour que tu fasses de moi un vampire.

J'avais envie qu'il me réponde que c'était faux, qu'il ne s'agissait que d'un mensonge de plus inventé par un politicien sur le point de perdre pied.
Mais sa réponse me brisa le cœur.

- Merit, je peux tout expliquer.

Les larmes se mirent à rouler sur mes joues tandis que je criais mon chagrin.

- Je te faisais confiance !
- Ce n'est pas ce que tu crois...

Avant qu'il ait pu terminer son excuse, il tourna brusquement les yeux sur le côté.
Célina s'avançait, un pieu acéré à la main.

- Il faut que je le fasse, gémit-elle. Finissons-en.
- Attends, Célina, l'avertit Tate. Ce n'est pas encore ton tour.

Elle e se laissa pas dissuader.

- Elle m'a déjà assez gâché la vie comme ça, poursuivit-elle. Elle ne va pas ruiner ce moment, en plus.

Avant que je puisse la contredire, elle lança le pieu. Qui vola droit sur moi.
Sans une hésitation, avec la rapidité d'un vampire âgé de plusieurs siècles, Ethan s'élança devant moi afin de faire bouclier et d'empêcher l'arme de m'atteindre.
Le pieu le frappa en pleine poitrine.
Et lui transperça le cœur.
L'espace d'un instant, le temps s'arrêta, et Ethan me regarda, ses yeux verts emplis de douleur. La seconde d'après, il avait disparu