menu 2

gfMes dernières chroniques

jeudi 14 mai 2015

KGI, Tome 4 : Murmures Nocturnes - Maya Banks

 

Kelly Group International (KGI):
une entreprise familiale top-secrète, élite, spécialisée dans les opérations militaires dont le gouvernement ne veut pas se charger.


Elle est venue à lui alors qu'il était au plus bas. La voix d'un ange, un murmure dans le noir. Elle est la seule chose qui a aidé Nathan Kelly à survivre à sa captivité, à la torture sans fin et à la peur de ne jamais revoir sa famille. Avec son aide, il a pu s'échapper. Mais il n'est pas totalement libre, car maintenant elle a disparu et a laissé un vide alors qu'il sa bat pour ramasser les morceaux de sa vie brisée. A-t-il imaginé son ange ? Ou bien est-elle là-dehors, en train d'attendre son aide comme lui-même a eu besoin d'elle auparavant ? Shea fuit des gens prêts à tout pour exploiter ses facultés. Elle n'a jamais souhaité entraîner Nathan dans ses affaires, lui qui a déjà bien souffert, mais elle n'a d'autre choix que de demander son aide. Mais lorsqu'ils se retrouvent enfin face à face, leur connexion émotionnelle se révèle bien plus puissante que celle télépathique...

(Trad' BdP- Merci à elles!)

Lecture finie sur les aventures 
du 4ème frère Kelly...

 

Les points forts

J'ai été happée dès les premières pages par l'histoire. Je suis rentrée dès le début dans cette romance d'un genre nouveau puisqu'elle intègre « la télépathie ». 
  
On retrouve ici un nouveau frère Kelly. Nathan est emprisonné et torturé depuis plusieurs semaines. Il perd peu à peu l'espoir d'être secouru jusqu'à qu'une jeune femme ne rentre en communication avec lui. Shea est une jeune télépathe qui fuit depuis un an des personnes qui veulent profiter de son don mais quand elle sent la profonde souffrance du soldat, elle décide de l'aider au mépris de sa propre sécurité.
J'ai beaucoup aimé « leur rencontre ». Forcément ça propose une romance originale et moi qui ne suis pas trop encline à toutes les ficelles qui font appel aux télépathes, médiums... je dois dire qu'ici ça fonctionne très bien. Il faut dire que l'auteure ne montre pas le don de Shea comme un phénomène extraordinaire, magique...il y a une explication qui replace la romance dans un cadre romantic suspense.

La rencontre entre les deux héros est très originale ainsi que la naissance de leurs sentiments. Ce lien qui les unit avant même qu'ils se rencontrent. Tout ça est très bien mise en place et j'y ai cru.

Les personnages secondaires sont vraiment bien amenés même si dans la seconde partie du livre, ils prennent trop de place au détriment de Nathan et Shea ... même si j'ai été heureux de retrouver les frères Kelly et leur entourage.

Les points faibles

Je dois dire que l'intérêt de ma lecture n'a pas été égal tout le long du roman. La première partie est vraiment très bonne. La seconde plombe un peu la romance. Au début celle-ci connaît beaucoup d'obstacles mais dès qu'ils se rencontrent « physiquement »(ou peu de temps après) tout va au mieux pour eux. L'auteure n’exploite plus vraiment la romance mais plutôt le suspense lié aux origines et au don de Shea.
Dommage.
Même si c'est important pour l'histoire, j'aurai aimé un peu plus de tensions de difficultés dans le couple.

 

Bref

Il s'agit du 4ème livre de cette série. Mon intérêt ne faiblit pas. Au contraire, ces frères Kelly sont juste savoureux même si j'ai moins apprécié la fin du livre. Je le déconseille à toutes celles qui imagine un BBF en soldat abîmé par ses expériences passés et qui tombe à genoux devant la FEMME DE SA VIE...

                 





— Nathan, murmura-t-elle.
— Oui ma puce, je suis là, répondit-il entre deux sanglots. Maintenant, lâche prise, et laisse ton corps guérir.
Shea prit une grande inspiration, les traits déformés par la douleur qui l’accablait. Au même moment, Nathan sentit sa plaie prendre feu. Au prix d’un effort surhumain, il ne réagit pas et resta immobile, comme si de rien n’était. Il savait qu’au moindre tressaillement, elle recommencerait à le protéger.
Donovan se glissa à côté de lui et lui enfonça aussitôt une seringue dans le bras.
— Un antidouleur, lui murmura-t-il à l’oreille. Je sais que ça fait mal, et que tu ne veux pas qu’elle s’en aperçoive. Si tu perds connaissance, je prendrai le relais.
Nathan ferait tout pour que cela n’arrive pas. Shea se détendait à vue d’œil. Joe s’installa en face d’elle, à la place de Donovan, et ôta avec précaution son tee-shirt gorgé de sang pour voir si elle saignait encore.






La porte s’ouvrit brutalement et Nathan s’éveilla en sursaut, aveuglé par la lumière. Il se protégea les yeux avec le bras, mais sentit qu’on le relevait de force pour le traîner hors de la cellule.
Cette fois-ci, il observa plus attentivement où il était. On l’assit de force avant de lui ligoter les bras derrière le dos. L’air était frais et humide, et la sueur qui perlait sur sa peau se refroidit. Il fronça le nez, assailli par des odeurs de corps mal lavés, d’urine et de sang.
Un éclair argenté jaillit devant ses yeux. L’un des hommes agitait un couteau et un autre se mit à hurler les mêmes questions que lors des interrogatoires précédents. Peut-être avaient-ils l’intention de le tuer, à moins qu’ils n’aient décidé de modifier leurs méthodes de torture.
Il accepta son sort avec un calme étrange et les regarda froidement.
— Allez-vous faire foutre.
Les mots leur échappaient peut-être, mais ils comprirent sans mal le sens de son propos.
Il ressentit une douleur vive sur le bras. Baissant les yeux, il vit une entaille d’où coulait du sang. Un sourire provocateur se dessina sur ses lèvres.
— C’est tout ce dont tu es capable ? Détache-moi, trou-du-cul, et on va voir ce que t’as dans le ventre.
Cette fois-ci, la lame le toucha à la poitrine. L’homme avait retenu son coup pour lui faire mal sans entraîner de dégâts irrémédiables.
Il serra les dents et se concentra sur sa respiration. Il pouvait résister à cela. Il avait déjà connu bien pire.
Une chaleur envahit alors son corps, et il sentit un rayon de soleil lui illuminer l’esprit. Mais plutôt que d’accueillir cette sensation, il la repoussa violemment.
— Va-t’en, Shea ! Sors de ma tête. Je ne veux pas que tu restes, bon sang.
— Ne fais rien qui puisse les contrarier davantage, répondit-elle avec la voix qu’il associait déjà à tout ce que le monde comportait de bon.
Il la sentit tressaillir et comprit que l’homme venait de lui infliger une nouvelle entaille. Horrifié, il vit du sang couler sur son torse, mais il ne sentait rien.
Elle le prit dans ses bras pour lui offrir sa chaleur et son réconfort, mais il percevait l’odeur du sang de la jeune femme, qui coulait à cause de sa propre blessure.
Jamais il n’avait ressenti une telle impuissance. Il était en train de se faire charcuter par un couteau qu’il ne sentait pas. Il ne percevait même pas la douleur de Shea. Elle faisait de son mieux pour la lui épargner.
Il se mit à pleurer, non à cause des tourments que ses adversaires lui infligeaient, mais parce qu’elle souffrait à sa place. C’était plus qu’il pouvait en supporter.
Il enfonça les doigts dans les cordes et tira désespérément pour tenter de se libérer et de tuer les enfoirés qui causaient une telle douleur à Shea. Il préférait mourir plutôt que de la laisser souffrir ainsi.
— Ne bouge pas, Nathan, et ils finiront par se lasser. Ne les provoque surtout pas, par pitié. Ce sera bientôt terminé. C’est seulement temporaire pour moi. Tu le sais.
Avec difficulté, il se força à contenir la haine et la fureur qui le consumaient. Il le faisait pour Shea, car c’était elle qui souffrait, et pas lui. Pas lui, bon Dieu.
Elle dégoulinait de sang, et cela le rendait fou.
Va-t’en, Shea, je ne veux pas que tu endures ça. Ce n’est pas ton rôle.
Elle lui caressa tendrement la joue, et cela lui brisa le cœur. C’était un simple geste de réconfort qu’elle lui offrait alors que c’était elle que l’on torturait.
Je t’en prie, Shea, ne fais pas ça. Par pitié, arrête. Je peux supporter la douleur. Ils ne me feront pas craquer. Je ne renoncerai pas, je te le jure. Va-t’en. Disparais.
Elle se contenta de le serrer encore plus fort contre elle. Il lui rendit son étreinte et ils subirent cet enfer ensemble.
Il se concentrait tellement sur la jeune femme qu’il ne se rendit pas compte lorsqu’ils arrêtèrent. Les hommes tranchèrent ses liens et le redressèrent. Il s’écroula immédiatement et ils le traînèrent jusqu’à sa cellule. Jamais il n’avait été aussi heureux de retrouver son trou nauséabond.
Il s’écroula dans un coin et se passa les mains sur tout le corps. Il saignait, mais il ne prêta pas attention à ses blessures. C’était pour Shea qu’il s’inquiétait. Sa présence était désormais très ténue et il dut se concentrer pour la retrouver.
Elle était recroquevillée sur elle-même et pleurait doucement. Tout son corps était maculé de sang et son esprit était dominé par la douleur.
Épouvanté, il la prit tendrement dans ses bras.
— Pourquoi, Shea ? Pourquoi ?
Son désespoir était aussi sombre qu’insondable. Rien n’aurait pu le briser à ce point. Elle s’était sacrifiée pour lui et il ne parvenait pas à en saisir la raison.
Il lui caressa les cheveux en prenant soin de ne la toucher nulle part ailleurs pour éviter les plaies. Ses propres plaies. La boule dans sa gorge ne cessait de grossir.





— Shea ?
C’était étrange de l’appeler à voix haute. Il prononça son nom sur un ton hésitant. Il entendit un petit bruit dans le conduit et crispa les doigts sur la crosse de son arme. Il éclaira l’intérieur et aperçut deux yeux élargis par l’effroi. Il eut l’impression que son cœur allait bondir hors de sa poitrine. Elle était bien réelle. C’était elle.
— Shea, c’est moi, Nathan.
Elle se protégea les yeux avec le bras et il abaissa sa lampe pour ne plus l’aveugler. Shea voulut se redresser, mais tomba et se cogna la tête contre le béton. Il rangea son arme et rampa jusqu’à elle. Il put alors faire ce dont il rêvait depuis le moment où elle s’était immiscée dans son esprit.
Il la serra très fort contre lui. Avec un petit soupir, elle se laissa aller à cette étreinte et glissa son petit corps doux et chaud contre le sien.
— Tu es venu, murmura-t-elle. Tu es venu.
— Jamais je ne t’aurais abandonnée.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires