menu 2

gfMes dernières chroniques

dimanche 31 mai 2015

Les chevaliers de l'Ordre du Temple, Tome 1 : Tentations - Mary Reed Mccall




"Non nobis, Domine, non nobis, sed Nomini Tuo da gloriam...".
"Pas à nous, Seigneur, pas à nous mais à Ton nom donne la gloire...".
Devise des templiers.










Jon PAULAu XIIIème siècle, Richard de Cantor, chevalier de l'ordre du Temple, échappe aux soudards de Philippe le Bel et rentre enfin dans son manoir anglais de Hawksley.
Il se retrouve son épouse Aliénor, devenue folle en son absence. La belle Meg Newcomb lui réserve un accueil glacial. Elle le tient pour responsable de la démence de sa cousine.
Peut-être n'a-t-elle pas tort? Richard s'en est toujours voulu du drame qui s'est déroulé cinq ans plus tôt. C'est pour expier qu'il est parti, mais sa vraie pénitence sera sans doute la passion interdite qu'il nourrit pour Meg.
Car même s'il sait que l'amour est pour lui une cause perdue, comment ne pas être touché par tant de grâce.




Prologue

Dans les bois près de Montivilliers, France, vendredi 13 octobre 1307

La pluie s'abattait en rafales cinglantes, le vent gémissait dans les frondaisons. Richard de Cantor s'accroupit, hors d'haleine, près de son cheval. Il attendit les autres à l'abri. Il avait mal à la tête, son cœur battait la chamade, un sentiment d'horreur incrédule le tourmentait à chaque inspiration. Que penser de ce qui se passait depuis le lever du soleil ?
On leur donnait la chasse comme à du gibier.
Et apparemment dans toute la France. La chasse aux templiers était ouverte. Lui-même et ses trois compagnons d'armes - John de Clifton, Damien et Alex d'Ashby - étaient les seuls chevaliers à avoir pu s'échapper de la préceptorie de Saint-Siméon, quand les soudards du roi Philippe le Bel étaient passés à l'attaque.
En vérité, il n'avait pas la moindre idée de ce que tout cela voulait dire. En tant que templiers, ils faisaient partie de l'ordre le plus respecté et le plus redouté de la Chrétienté. C'était absurde. Il fallait affronter leurs poursuivants, exiger des explications. Son instinct de guerrier lui suggérait de livrer bataille, mais les ennemis étaient trop nombreux. Richard et ses compagnons n'avaient pas l'ombre d'une chance ; d'ailleurs, la règle de l'ordre leur interdisait de prendre ce risque. Car l'horrible vérité était que leurs ennemis étaient chrétiens, et de surcroît soldats du roi de France ! Combattre des chrétiens était péché mortel.
Quant à se rendre …

Un chevalier du Temple ne se rend pas, tant qu'il lui reste un souffle de vie.
Il y eut un froissement de branches et des craquements dans les taillis. Richard, sur le qui-vive, posa la main sur la garde de son épée. John entra à cheval dans la clairière, suivi de Damien qui portait Alex en croupe. John jura - s'attirant le regard furieux de Damien -, mit pied à terre et s'avança vers Richard. Un trou dans les nuages laissait percer un rayon de lune.
— Que faire, Richard ? grinça John.
Derrière eux, Damien aidait son frère enchaîné à descendre de son destrier. Puis les deux frères s'approchèrent. Damien était tendu, Alex bouillait de fureur contenue.
— Ça dépend. Où sont les gens d'armes ?
— Une demi-lieue, pas plus, répondit sombrement Damien. Ils ne lâcheront pas notre piste. La pluie et l'obscurité nous aident sans doute, mais dans un quart d'heure, ils nous tomberont dessus.
— Ne croyez-vous pas, gronda Alex, que cela augmenterait nos chances si vous me détachiez ? Depuis Chypre, vous me traitez en prisonnier et cela ne fait que nous ralentir.
Damien resta raide comme la justice, son-poing ganté de fer crispé sur la chaîne qui liait les poignets de son frère aîné. Il se taisait, observant Richard qui ignorait ostensiblement Alex.
— Le problème, continua celui-ci, c'est que vous vous obstinez à porter ce maudit surcot. Ils nous traquent parce que nous sommes templiers : tu n'as toujours pas compris, Damien ? Par le sang du Christ, écoute-moi, pour une fois ! Tant que tu y es, expose-toi à leurs flèches sans armure, avec la croix, écarlate sur ton...
— Tais-toi ! grommela Damien en tournant vivement sa tête blonde vers son frère. Tu blasphèmes. Ne crois pas une seconde que je vais moi aussi jeter aux orties l'insigne de notre vocation.
— Dans ce cas, tu risques de mourir avant le jour, bougonna Alex. Quant à moi, je ne compte pas me laisser faire. Libérez-moi, que j'aie une chance de me battre.
Il y eut un silence. Il dévisagea Richard, puis John de son regard flamboyant.
— Vous savez que j'ai raison. Nous avons tout le jour chevauché de la sorte, et nous perdons du terrain.
Richard soutint sans ciller le regard d'Alex. Son ami marquait un point, il le savait. Il avait l'ordre de remettre Alex au grand maître Jacques de Molay en personne, afin de répondre des péchés de chair qu'il avait commis pendant leur séjour à Chypre. Mais tout cela, c'était avant la folie de ce jour, avant que l'ordre tout entier ne soit attaqué.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires