menu 2

gfMes dernières chroniques

samedi 23 mai 2015

La Confrérie de la Dague Noire, Tome 8 : L'Amant Réincarné - J.R. Ward




Elle adorait qu’il soit ainsi avec elle :
Jamais soumis, toujours tendre.
Parfait.
Quelque part, elle le respectait encore plus d’une telle attitude. Elle aimait la force.
Sous toutes les formes :
Physiques et mentales.





Dans les coins les plus sombres de la nuit à Caldwell, New York, un conflit comme aucun autre fait rage. Longtemps divisée comme un terrifiant champs de bataille pour les vampires et leurs ennemis, la ville abrite un groupe de frères nés pour défendre leur race: les vampires guerriers de la Confrérie de la Dague Noire.

John Matthew a parcouru un long chemin depuis qu'il a été trouvé en train de vivre parmi les humains, sa nature de vampire inconnue de lui-même et son entourage. Après avoir été pris en charge par la Confrérie, personne n'aurait pu deviner sa vraie histoire - ou sa véritable identité.

En effet, le défunt Frère Audazs est de retour, mais avec un visage différent, et un tout autre destin.

Alors qu'une vicieuse et personnelle vendetta entraîne John au coeur de la guerre, il va avoir besoin de faire appel à la fois à qui il est aujourd'hui et qui il a été dans le passé afin d'affronter le mal incarné.
Xhex, une tueuse sympath, s'est depuis longtemps forgée une résistance d'acier contre cette attirance entre elle et John Matthew. Ayant déjà perdu un amant, elle ne permettra pas à ce mâle de valeur de devenir la proie des ténèbres de sa vie malsaine. Cependant, lorsque le destin intervient, John et Xhex découvrent que l'amour, comme le destin, est inévitable entre des âmes sœurs.











Il releva les yeux, étudia le corps souple souligné par la lumière ambiante. Elle avait les mamelons tendus, la respiration sifflante, et son ventre ondulait sous le faisceau de ses muscles raidis. Entre ses cuisses ouvertes, le sexe lisse était si tentant qu’il poussa un long feulement muet…

Sans avertissement, elle tendit la main et s’agrippa à son sexe.

Il eut un tel sursaut qu’il faillit tomber et dut se retenir à deux paumes.

—       Bon sang, tu es superbe, gronda-t-elle comme un félin.

En entendant sa voix, il passa à l’action : S’écarta d’abord pour se libérer, puis s’agenouilla entre ses jambes. Baissant la tête, il embrassa un de ses seins, et le caressa de la langue.

Le gémissement qu’elle poussa faillit le faire jouir sans attendre, et il eut du mal à se contrôler. Quand la vague se retira, il se remit à la lécher… et laissa ses paumes descendre le long de ses flancs, vers sa taille et ses hanches.

Toujours autoritaire, Xhex lui prit les mains et les plaça sur son sexe. Et appuya, indiquant par là ce qu’elle attendait de lui.

Seigneur. Si douce. Si chaude. Si liquide de plaisir.

Cette fois-ci, il ne put éviter l’orgasme qui explosa en lui et inonda le ventre qu’il rêvait de pénétrer. Elle eut un rire rauque, né tout au fond de sa gorge, tandis que le sperme se répandait sur elle. La fragrance de mâle dédié s’éleva autour d’eux.

—       Tu as aimé ce que tu as trouvé, murmura-t-elle.

Il acquiesça en la regardant bien en face, puis il porta sa main à sa bouche et lécha ses doigts. Elle eut un long frémissement, se soulevant du matelas pour mieux s’offrir, les jambes ouvertes, les seins dressés.

Il garda les yeux braqués sur elle lorsqu’il se pencha et posa la bouche sur son sexe. Évidemment, il aurait pu être plus délicat, commencer par des effleurements de gourmet – et autres conneries.

Que dalle.

Comme un affamé, il se jeta sur elle avec une frénésie goulue, léchant, mordillant, suçant. Aspirant son essence au plus profond de sa gorge, de ses tripes, de son être. Le goût enivrant de la femelle se mêlait à la fragrance que John avait déposée sur elle – et les instincts primitifs du vampire s’exaltaient de cette union.

Tant mieux pour lui. Parce que quand il en aurait terminé avec elle, les épices sombres allaient être imprégnées dans la peau de Xhex. Á l’intérieur et à l’extérieur. Partout.

Tandis qu’il dévorait son ventre, il sentit vaguement une des jambes de la femelle se poser sur son épaule tandis qu’elle se frottait à lui, ajoutant à la magie qui les unissait, les poussant de plus en plus vers un plaisir cataclysmique.

En jouissant, elle cria son nom. Deux fois.

Il n’avait pas de voix, mais ses oreilles fonctionnaient parfaitement. Il en fut très heureux.







Bon sang, John savait ce qu’il faisait.

Ce fut la première pensée de Xhex une fois revenue sur terre après le formidable orgasme qu’il lui avait donné avec sa bouche. Puis elle replongea dans un tourbillon de plaisir. Elle avait sa fragrance de mâle dédié comme un hymne glorieux dans les narines, ses lèvres sur son sexe étaient une pure jouissance, et son érection rigide une promesse à venir—

Lorsqu’il raidit la langue pour la plonger en elle, elle explosa une seconde fois. Seigneur… cette chaleur humide, ces caresses brûlantes, cette douceur passionnée… John utilisait tout son visage : Ses lèvres et sa langue, son menton et son nez qu’il frottait contre elle… De quoi la rendre folle. Et elle était plus que consentante.

Dans ce tourbillon sensuel, il n’y avait rien que lui, John… Aucun mauvais souvenir… Ni futur, ni passé… Rien que leurs deux corps unis. Le temps n’avait plus aucune signification. Les autres non plus. Ils étaient seuls.

Elle aurait souhaité que ça dure toujours.

—       Prends-moi, gémit-elle, en s’agrippant à ses épaules.

Quand John releva la tête, son corps pesa sur elle, et elle sentit contre sa cuisse le sexe mâle qui se rapprochait.

Elle l’embrassa à pleine bouche, tandis qu’il baissait la main entre leurs deux corps pour diriger son sexe en elle…

Lorsqu’elle le sentit prêt à pénétrer, elle gémit :

—       Oh seigneur…

Le gland épais l’écartela, puis glissa en place. Et elle se cambra en le sentant s’enfoncer. En même temps, elle caressa le dos souple de la nuque aux reins – et même plus bas, pour pouvoir plonger ses ongles dans des fesses fermes.

Elle sentit sous ses mains les muscles se gonfler et se relâcher alors qu’il commençait à la marteler. Sa tête ballotait d’avant en arrière contre le matelas, au rythme des coups de reins du mâle. Le corps massif pesait aussi lourd qu’une voiture, et elle en était parfaitement heureuse. Elle avait assez de courbes pour adoucir les angles durs, et sentait monter en elle une jouissance à nouveau prête à jaillir. Ses poumons la brûlaient si fort qu’elle avait du mal à respirer.

Croisant ses chevilles derrière les cuisses de John, elle l’ondula en rythme jusqu’à ce que leurs corps se heurtent. Puis John posa les mains au sol pour soulever son torse, pour pouvoir la pilonner plus fort encore.

Son visage était un masque érotique, et elle étudia les traits qu’elle connaissait si bien : Les lèvres retroussées qui découvraient les longues canines blanches, les sourcils baissés bas, les yeux étincelants, la mâchoire si serrée que les joues en étaient creusées. À chaque coup de reins, les muscles des pectoraux et des abdominaux gonflaient, la sueur dégoulinait de sa peau et la faisait briller sous la lumière rasante. Le voir ainsi créa une sensation nouvelle au cœur même des émotions de Xhex, comme un coup de poing qui la laissait sans défense.

—       Prends ma veine, gronda-t-elle. Prends-la… maintenant.

Tandis qu’elle explosait dans un nouvel orgasme, il posa sa bouche sur sa gorge, et la mordit, et jouit à son tour.

Une fois lancé dans le tourbillon du plaisir, il ne pouvait plus arrêter. Mais elle ne le voulait pas. Il ne cessa de la marteler et de boire, le corps frissonnant de passion, passant d’un orgasme à l’autre, saturé de sexe et de sang, dans une frénésie qui était à la limite de la brutalité.

Mais c’est ce qu’elle voulait

Quand il s’immobilisa enfin, il s’écroula littéralement sur elle. Elle lui caressa les épaules et le dos, et le sentit lécher son cou pour cicatriser les entailles.

Elle savait qu’il fallait parfois du papier de verre pour nettoyer correctement une tâche incrustée. De délicats petits coups de chiffon ne suffisaient pas à enlever la crasse. Quelque part, c’est ce que John venait de faire. Et vu qu’il bandait toujours, elle savait qu’il n’allait pas tarder à recommencer.

John releva la tête pour la regarder avec des yeux inquiets, tout en lui caressant doucement les cheveux.

Elle sourit.

—       Non, je vais très bien. Et mieux encore.

Il eut un sourire timide qui s’épanouit brusquement sur son beau visage tandis qu’il mimait :

—       Je suis d’accord.

—       Du calme, bonhomme. Si tu crois pouvoir me faire rougir, tu rêves. Je ne suis pas le genre de femelle qu’on séduit avec du baratin. (Il acquiesça vigoureusement, et elle roula des yeux.) Tu me crois vraiment capable de casser mes talons dès qu’un beau mec m’embrasse trop fort ?

John releva un sourcil d’un air viril. À son grand étonnement, Xhex se sentit rougir.

—       Écoute un peu, John Matthew, dit-elle en lui prenant le menton dans la main. Je refuse que tu me transformes en midinette gaga de son amant. Sûrement pas. Je suis bien plus dure que ça.

Sa voix était sévère, et elle pensait chaque mot. Sauf que, il remua contre elle. Dès qu’elle sentit son sexe énorme s’enfoncer en elle, elle ronronna.

Ronronna ?

Elle n’avait jamais entendu dans sa gorge un tel son – qu’elle aurait bien préféré étouffer… si elle avait pu. Tout au contraire, elle recommença. Pas terrible pour illustrer son beau discours.

John baissa la tête vers son sein et commença à embrasser son mamelon tout en continuant ses va-et-vient paresseux.

Xhex se cambra, et planta à nouveau ces deux mains dans ses cheveux, savourant leur épaisseur soyeuse.

—       Oh, John…

Mais il s’arrêta net, lâchant la pointe de son sein. Il arborait un si grand sourire qu’elle se demanda comment sa bouche ne se déchirait pas.

Manifestement son expression signifiait : Je t’ai eue.


Cliquez sur la couverture pour lire les autres chroniques de la série.
http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2013/11/le-resume-kolherest-le-dernier-vampire.html# http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2013/11/jr-ward-la-confrerie-de-la-dague-noire.html# http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2014/01/la-confrerie-de-la-dague-noire-tome-3.html http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2015/05/la-confrerie-de-la-dague-noire-tome-4.html#more http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2015/05/la-confrerie-de-la-dague-noire-tome-5.html
http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2015/05/la-confrerie-de-la-dague-noire-tome-6.html http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2015/05/la-confrerie-de-la-dague-noire-tome-65.html http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2015/05/la-confrerie-de-la-dague-noire-tome-7.html http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2015/05/la-confrerie-de-la-dague-noire-tome-8.html http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2015/05/la-confrerie-de-la-dague-noire-tome-9.html
    http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2014/01/la-confrerie-de-la-dague-noire-tome-11.html http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2014/01/la-confrerie-de-la-dague-noire-tome-12.html http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2015/05/la-confrerie-de-la-dague-noire-tome-13.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires